Somnolence diurne : un facteur de risque cardiovasculaire

L’étude des trois cités, une étude épidémiologique française multicentrique prospective incluant près de 9 300 sujets âgés de plus de 65 ans, a estimé le risque de mortalité associé à la somnolence diurne excessive, l’une des plaintes les plus fréquentes chez les sujets âgés. Au début de l’étude, 18,7 % des sujets inclus se plaignaient de somnolence diurne excessive, de manière régulière ou fréquente. Ce symptôme a été corrélé à une augmentation significative de 33 % de la mortalité, après ajustement sur l’âge, le sexe, l’IMC, l’existence d’une maladie cardiovasculaire. Après ajustement sur l’utilisation de somnifères et les symptômes dépressifs, le risque a légèrement diminué. Toutefois, ce symptôme avait la même valeur prédictive en cas de ronflement ou en son absence. La somnolence diurne excessive était corrélée à la mortalité cardiovasculaire, mais ne l’était pas à la mortalité par cancer.

Dr Michèle Deker

Référence
Empana J et coll. : Excessive daytime sleepiness is an independent risk indicator for cardiovascular mortality in community-dwelling elderly: the three city study. Stroke 2009 ; 40 : 1219-24.

Copyright © Len medical, Gerontologie pratique, juin 2009

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article