Le pèlerinage à la Mecque restreint pour cause de grippe A (H1/N1)

La Mecque, le 31 août 2009. Les restrictions pour le pèlerinage à la Mecque ou « hajj » s’accumulent à quelques semaines de son commencement prévu cette année le 19 novembre. Dimanche, l’Iran a restreint le nombre de fidèles autorisés à s’y rendre par la voix de Mostafa Khaksar Qahroudi, chef de l'Organisation du hajj, qui interdit le « grand pèlerinage » aux personnes âgées de plus de 65 ans et aux enfants de moins de 12 ans mais aussi aux personnes souffrant de maladies pulmonaires ou cardiaques de diabète et d’hypertension et aux femmes enceintes. Ce « grand pèlerinage » s’effectue deux mois après le Ramadan et rassemble chaque année 2 à 3 millions de fidèles. 

Même chose du côté du ministère saoudien de la Santé qui conditionne l’obtention du visa de pèlerinage pour les personnes, âgées entre 12 et 65 ans à la présentation d’un certificat de vaccination attestant qu’elles ont été vaccinées contre la grippe saisonnière, et contre la grippe A (H1/N1) si le vaccin est disponible, deux semaines avant de partir pour les lieux saints. « Personne ne pourra obtenir de visa sans se conformer à ces nouvelles règles », a insisté Khaled Al-Mirghalani, porte-parole du ministère de la Santé. Il s’appuie sur les recommandations des experts de l’OMS appelés à s’emparer du problème.

« Hajj » déconseillé aux Musulmans de France

Le Conseil Français du Culte Musulman déconseille d’effectuer cette année le grand pèlerinage, « si aucun vaccin n’est trouvé ». « Si le risque sanitaire est avéré, souligne son président, Mohammed Moussaoui, il est du devoir du musulman de remettre son pèlerinage à une autre année. En tout état de cause, nous suivrons les consignes que les autorités donneront, le moment voulu ». Mais le Ministère de la Santé n’a pas encore communiqué à ce sujet. En fonction de l’évolution du risque sanitaire, le Quai d’Orsay se dit prêt, en liaison avec les partenaires saoudiens, « à prendre les mesures adaptées pour garantir l’accomplissement du pèlerinage à La Mecque dans de bonnes conditions pour nos concitoyens ».

Le hajj est un des cinq piliers de l'islam avec la profession de foi, la prière, l'aumône et le ramadan et il est obligatoire au moins une fois dans la vie du musulman s’il en a les capacités physiques et financières. Chaque année, entre 25 000 et 30 000 musulmans de France effectue le pèlerinage à La Mecque.

Le petit pèlerinage ou « Omra »

Le gouvernement iranien a déjà interdit à sa population de se rendre en pèlerinage à la Mecque pendant le mois de ramadan (22 août-19 septembre) pour l’ « Omra ». Ce « petit pèlerinage » peut se faire toute l’année mais il connaît un pic au 10 septembre. La Tunisie a fait de même, tout comme l’Egypte. En France, le Conseil Français du Culte Musulman le « déconseille ». L’ « Omra » « n’est pas une prescription religieuse mais une recommandation », explique Mohammed Moussaoui. « Raison de plus pour le remettre à l’année suivante s’il y a risque pour soi et les autres ».

FB

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article