L'âge n'est pas un obstacle à l'implémentation d'un pacemaker

L'espérance de vie s'améliorant régulièrement, il faut s'attendre à ce que de plus en plus de patients âgés aient besoin d'un pacemaker (PM). Par ailleurs on peut raisonnablement suspecter l'âge d'être un facteur de risque de survenue d'une complication à la suite d’une telle procédure.  Comme souvent, les données disponibles sont conflictuelles. Les Allemands ont mis en place une base de données obligatoire qui permet de surveiller systématiquement la qualité des interventions. Son étude permet donc d'obtenir une appréciation unique du devenir des patients implantés « dans la vraie vie ».

Entre 2003 et 2006, 17 826 patients ont été enregistrés dans l'état de Hesse. Les PM ont été posés dans soixante-douze centres. Si la durée d'implantation d'un PM simple chambre a été plus longue chez les patients âgés, celle des PM double chambre a été à l’inverse, inférieure. La durée de radioscopie a été similaire dans les différents groupes d'âge lorsque le PM était simple chambre et inférieure chez les patients âgés pour un PM double chambre. Les seuils de stimulation qu'ils soient auriculaires ou ventriculaires n'ont pas été influencés par l'âge alors que l'amplitude des ondes P a diminué de façon modeste mais significative.

Ces résultats qui reflètent la pratique quotidienne montrent que l’âge n'est pas un obstacle à la pose d'un PM, le taux de complications restant identique et le fonctionnement des stimulateurs n'étant pas altéré.

Dr Benoît Tyl

Référence
Nowak B et coll. : Effects of increasing age onto procedural parameters in pacemaker implantation: results of an obligatory external quality control program. Eurospace, 2009 ; 11: 75-79

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article