Vaccination de masse contre la grippe A (H1/N1) : 13ème travail d’Hercule !

Paris, le 7 septembre. Les conclusions du comité de lutte contre la grippe A (H1/N1) sur les groupes prioritaires pour la vaccination doivent être transmises aujourd’hui au Haut Comité de santé publique et au ministère de la Santé pour les derniers arbitrages. En attendant, les grandes lignes du plan de vaccination ont été tracées dans une circulaire de 19 pages envoyée aux préfets de région et de département. Cette vaccination « pourrait être offerte à toute la population sur une période de 4 mois », introduit-elle.

Au 10 septembre 2009, un minimum de 3 sites de vaccination « spécialement créés pour l’occasion » doit être déterminé par département et chaque centre « ne doit pas couvrir plus de 100 000 habitants ». Selon une source proche, dans le département du Nord, le plus peuplé de France avec 2,5 millions d’habitants, il est ainsi prévu de mettre en place autant de centres de vaccination que de centres de mise à disposition de masques déjà existants, c’est-à-dire 43. « Et encore, ce n’est pas beaucoup compte tenu du nombre d’habitants », indique cette même source. Il peut s’agir d’établissements scolaires, « comme lors d’élections », de gymnases … bref, « des lieux où l’on peut rassembler beaucoup de monde ».

Des équipes mobiles de vaccination se déplaceront dans les écoles, les prisons, les établissements médico-sociaux… Un comité de pilotage est chargé de superviser le dispositif à l’échelon de chaque préfecture. 

Pas d’attente supérieure à 30 minutes envisagée

Selon la circulaire, l’objectif, pour chaque équipe de vaccination, est de vacciner 360 personnes en 4 heures « à raison de 3 agents vaccinateurs par équipe et de 30 injections par heure et par agent vaccinateur », soit deux minutes par vaccination. Mais ce temps ne tient pas compte du volet administratif de la vaccination et sera donc bien difficile à respecter.

Chaque vaccination devra en effet répondre à un parcours type. Il faudra d’abord se présenter à l’accueil puis remplir un questionnaire médical qui devra mettre en lumière les éventuelles contre-indications à la vaccination. Le cas échéant, un passage par une consultation médicale sur place est requis. Sans contre-indication, la vaccination peut se faire. Une attente de 30 minutes maximum est envisagée par la circulaire mais on peut craindre des pics de fréquentation, notamment après 18 h, au moment de la sortie des bureaux, voire le samedi. De plus, comment feront les personnes fragiles pour s’y rendre ? Comment seront-elles convoquées ?

Un Français sur deux est prêt à se faire vacciner

Selon un sondage Ifop paru hier dans Sud-Ouest Dimanche, plus d’un Français sur deux (55 %) envisage de se faire vacciner contre la grippe A (H1/N1) et près d’un tiers (29 %) se dit certain de le faire. Les femmes se montrent un peu plus favorables que les hommes à se faire vacciner (58 % contre 52 %) ainsi que les personnes âgées (65 % contre 53 %, parmi les moins de 35 ans).

Si cette campagne de vaccination paraît difficile à mettre en place et son organisation encore à ses débuts, il faut rappeler que vacciner l’ensemble de la population sur une période courte est une première historique en France. En outre, des instructions complémentaires doivent être prochainement transmises par les ministères de l’Intérieur et de la Santé, notamment en terme de calendrier mais aussi sur l’organisation des convocations, des circuits d’approvisionnement…

Ce dispositif doit être opérationnel à partir du 28 septembre. L’AMM pour les vaccins n’est pas attendu avant la mi-octobre.


Demain et sur ce même sujet, nous nous pencherons sur la logistique de transport et de stockage des doses de vaccins dans les centres et sur la mobilisation du personnel médical.

FB

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article