Le pronostic du cancer du pancréas sur un graphique

Le cancer du pancréas (KP), dont le seul traitement curateur est la chirurgie, a un pronostic sombre sur lequel interfèrent plusieurs paramètres (taille, état des ganglions, métastases, mais aussi caractère complet (R0) de la résection, âge, sexe, etc. La classification TNM, par ex., ne prend pas tous ces facteurs en compte.

Les graphiques cotés (GC) sont des outils spécifiques très utiles pour un patient donné qui permettent de le conseiller, et de prévoir ses suites. Le modèle développé au Memorial Sloan-Kettering Cancer Center (MSKCC) de New York s’est révélé très efficace pour prévoir la survie à 1, 2 et 3 ans et les auteurs néerlandais ont cherché à savoir s’il pouvait s’exporter en Europe.

L’étude rétrospective a concerné 263 patients ayant subi entre 1985 et 2004 une duodénopancréatectomie céphalique (DPC) pour KP le plus souvent céphalique, après que leur scanner n’eut pas montré de contre-indications opératoires ; aucun n’a reçu de traitement néo-adjuvant.

Les variables entrant dans le GC ont été les suivantes : âge, sexe, amaigrissement, douleur dorsale, résection portale, splénectomie, intégrité des berges de résection, siège, taille, stade, différenciation de la tumeur…  (on peut les trouver sur http://www.nomogram.org.)

Chaque item donne un certain nombre de points et le total de ces points, permet, sur une échelle graphique, de prédire le taux de survie spécifique à 1, 2 et 3 ans, durée minimale du suivi. Ce taux prévu est ensuite comparé au taux observé.

La survie spécifique à 1, 2 et 3 ans a été de 60, 30 et16 %, soit inférieure aux chiffres américains, mais ceci est en relation avec la plus grande rareté (43 vs 75 %) des berges de résection saines R0, elle-même expliquée par des tumeurs plus volumineuses (23 vs 1 % T4) en Europe, où elles sont aussi plus souvent indifférenciées. Les Anglo-Saxons ont aussi davantage recours aux traitements adjuvants.

La GC a montré une excellente concordance entre les survies spécifiques observées et prévues.(rapport 1,01 à 1 an et 0,89 à 3 ans). La division des cas en 3 classes de risque (faible, modéré et fort) a permis de mettre en évidence une différence significative de survie entre ces 3 groupes.

Ce graphique coté est très fiable et permet de conseiller utilement les patients.

Dr Jean-Fred Warlin

Référence
De Castro SMM et coll. : Validation of a nomogram for predicting survival after resection for adenocarcinoma of the pancreas. Brit.J.Surg. 2009 ;96 :417-23.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article