Une moindre fréquence de l’auto-contrôle de la glycémie chez les jeunes diabétiques de type 1 dépressifs

Les adolescents diabétiques de type 1 ont un risque accru de dépression. Leurs symptômes dépressifs sont associés à un mauvais contrôle glycémique. Le lien entre dépression et mauvais équilibre glycémique s’explique-t-il par un suivi médiocre du traitement et plus précisément par des défaillances dans l’auto-contrôle de la glycémie ?

Dans cette étude transversale, 276 adolescents ayant un diabète de type 1 (âge moyen 15,6 ans) ont complété un auto-questionnaire permettant d’évaluer les symptômes dépressifs. La fréquence des auto-contrôles glycémiques a été évaluée par auto-questionnaire pour 118 de ces patients et par analyse des enregistrements sur testeur de glycémie pour 158 adolescents ;  la moyenne était de 3,8 contrôles par jour.

L’HbA1c a été mesurée lors des consultations, elle était de 8,9 % en moyenne. L’analyse de ces données a montré :

- une corrélation significative entre l’importance de la dépression et une fréquence moindre de l’auto-surveillance glycémique (p=0,04)
- une corrélation significative entre l’importance de la dépression et un taux plus élevé d’HbA1c (p=0,05)
- une corrélation significative entre un taux plus élevé d’HbA1c et une moindre fréquence de l’auto-surveillance glycémique (p < 0,001) .
Le lien entre dépression et HbA1c était expliqué pour 38 % par la moindre fréquence de l’auto-surveillance glycémique.

Ces résultats soulignent l’importance du dépistage et du traitement de la dépression chez les adolescents ayant un diabète de type 1. Les auteurs privilégient une approche cognitivo-comportementale dans cette tranche d’âge et ce d’autant plus qu’il existe un diabète associé. Avant d’envisager des interventions éducatives visant à promouvoir l’auto-surveillance glycémique le traitement de la dépression doit être entrepris.

Les adolescents diabétiques de type 1 ont un risque élevé de dépression qui nécessite une prise en charge spécifique. La réduction de la fréquence de l’auto-surveillance glycémique explique le lien entre l’intensité des symptômes dépressifs et l’élévation de l’HbA1c.

Dr Laurence Du Pasquier

Référence
McGrady ME et coll : Depressive Symptoms and Glycemic Control in Adolescents With Type 1 Diabetes. Diabetes Care, 2009 ; 32: 804-806.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article