ASBMR, Denver, l’ostéoporose a une cote d’enfer !

Le congrès annuel de l’American Society for Bone and Mineral Research (ASBMR) s’est tenu cette année à Denver du 11 au 15 septembre 2009. Des cliniciens et des chercheurs du monde entier sont venus s’informer de l’actualité et des dernières avancées dans le domaine de la pathologie osseuse. Au programme, 300 présentations orales, plus de 1 300 posters et 39 sessions « Meet-the-Professor »… L’ostéoporose, traquée de toute part, était encore et toujours à l’honneur !

Sur le plan physiopathologique, les recherches progressent. En particulier, M. Almeida et coll. nous expliquent comment l’augmentation des taux de lipo-oxygénases et d’acides gras poly-insaturés oxydés pourrait constituer un facteur pathogénique commun à l’athérosclérose et à l’ostéoporose. La génétique n’est pas en reste et l’influence des variants du gène CARD11 sur la résistance osseuse est mise en évidence dans une méta-analyse.

Sur le plan épidémiologique, de nombreuses présentations étaient consacrées à FRAX. La valeur prédictive du risque fracturaire de ce nouvel outil a désormais été évaluée dans de nombreux pays et dans différents sous-groupes de population. Dans ce cadre, le Dr Florence Trémollière fait pour le JIM une mise au point fort intéressante sur cette question dans une interview vidéo. Il en ressort que les moyens dont nous disposons actuellement pour évaluer le risque fracturaire que ce soit les facteurs cliniques de risque et/ou la DMO au col fémoral ont une sensibilité globalement faible. Et, afin d’identifier plus précisément les femmes à haut risque de fracture, la question se pose d’associer d’autres paramètres comme par exemple les marqueurs du remodelage osseux.

Dr Florence Trémollieres
Hôpital Paule de Viguier, site de Purpan, Toulouse
Dr Florence Trémollieres
Hôpital Paule de Viguier, site de Purpan, Toulouse

JIM : Quels ont été selon vous les temps forts de cette manifestation dans le domaine de l’ostéoporose d’un point de vue thérapeutique ?
 
JIM : Quels ont été selon vous les temps forts de cette manifestation dans le domaine de l’ostéoporose d’un point de vue épidémiologique ?


En ce qui concerne les facteurs de risque de fracture, le diabète fait l’objet d’une attention croissante avec de nouvelles études confirmant l’augmentation du risque chez les femmes ménopausées diabétiques, mais montrant aussi l’existence d’une prévalence élevée du déficit en vitamine D chez les diabétiques.

Coté traitement, comme le précise le Dr F. Trémollière dans une seconde interview, pas de scoop majeur cette année à l’ASBMR. Mais des résultats qui se confirment avec le dénosumab, des travaux toujours plus nombreux qui attestent de l’intérêt d’une supplémentation en vitamine D avec des bénéfices osseux (sur le risque de fractures) mais aussi extra-osseux (sur les risques de chute ou de dégradations cognitives). Et enfin des données prometteuses avec des molécules agissant sur de nouvelles cibles thérapeutiques comme l’odanacatib, inhibiteur sélectif de la cathepsine K.

Quant aux bisphosphonates, qui ont fêté leur 40e anniversaire « à l’américaine » avec force congratulations et photographies, plusieurs sessions ont permis de faire le point au passé, au présent et au futur !

 

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article