Vaccination contre la grippe saisonnière : les pharmaciens de nouveau en première ligne

Paris, le vendredi 18 septembre 2009 – Le lancement annuel de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière ne passionne guère habituellement les journalistes. Épidémie de grippe A (H1N1) oblige, la conférence de presse de Roselyne Bachelot ce vendredi 16 septembre destinée à annoncer le lancement de cette campagne n’a pas manqué d’attirer les foules. Pourtant, le ministre de la Santé a tenu à se montrer très clair sur ce point : « En aucun cas, les deux vaccinations ne doivent être confondues. Il s’agit au contraire de deux campagnes séparées et clairement différenciées. Elles ciblent une même pathologie, la grippe, mais deux types de virus grippaux aux caractéristiques bien différentes », a-t-elle tenu à marteler.

Pourtant, qu’il s’agisse de la grippe A (H1NI) pandémique ou de la grippe saisonnière, les pharmaciens d’officine comptent parmi les professionnels de santé les plus sollicités. En effet depuis l’année dernière, les patients qui bénéficient d’une prise en charge à 100 % du vaccin « saisonnier » (plus de 65 ans et malades relevant du dispositif ALD principalement) et qui ont été immunisés contre cette grippe saisonnière les années passées peuvent se faire délivrer leur vaccin directement par leur pharmacien. A l’occasion de la conférence de presse de ce 18 septembre, l’Assurance maladie a souligné combien ce dispositif a été un succès en 2008. En effet, « 9 personnes sur 10, concernées par cette nouveauté, ont bénéficié d’une délivrance directe par le pharmacien (86,5 %) » indique le dossier de presse de l’Assurance maladie, qui ne manque pas de remarquer que « Cette facilitation du parcours de vaccination a répondu à une attente forte et favorisé le renouvellement de la vaccination ».

Cependant, l’objectif d’une couverture vaccinale de 75 % chez les populations à risque n’a pas encore été atteint. Les 5,2 millions de personnes immunisées l’année dernière représentent 59 % de la population ciblée et chez les 65/69 ans la couverture vaccinale ne dépasse pas les 54 %. Sans doute, celles et ceux qui négligeaient les années précédentes de répondre aux messages de sensibilisation y seront plus attentifs cette année en raison du contexte particulier que représente l’épidémie de grippe A (H1N1). C’est le 25 septembre, jour de l’arrivée des vaccins dans les officines, que l’on pourra commencer à mesurer l’impact d’une grippe sur la campagne vaccinale de l’autre !

Léa Crébat

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article