Suicide des médecins : l’Union Généraliste dénonce l’indifférence

Paris, le 22 septembre. Nous avons récemment publié un article sur les suicides à France Télécom : 23 suicides en France en 18 mois sur 106 000 salariés. Selon l’Union généraliste il y aurait eu 60 suicides en 18 mois en France pour 200 000 médecins. Or, « ni Monsieur Van Rockeghem, ni Madame Bachelot, ni Monsieur Woerth ne jugent nécessaire de faire cesser la politique de harcèlement à leur encontre et aucune voix du gouvernement comme de l’opposition ne s’élève pour dénoncer cet autre drame », s’emporte le syndicat.

Il poursuit : « 9 médecins diplômés sur 100 ont choisi l’exercice libéral cette année en France, confirmant la chute vertigineuse de l’exercice médical libéral. Mais pendant l’extinction du métier de médecin généraliste libéral, les travaux de démolition et de harcèlement continuent ».

Un métier trop peu valorisé

De plus en plus de médecins d’une cinquantaine d’année dévissent leur plaque pour un poste salarié ou pour effectuer des remplacements. En outre, la médecine générale attire de moins en moins de jeunes. Lors de la promotion 2008, plus de 600 postes de généralistes n’ont ainsi pas trouvé preneur. La faute à un métier trop peu valorisé et souvent très contraignant : exercer isolé à la campagne, faire face aux problèmes administratifs, aux contentieux judiciaires ou ordinaux …    

Pour l’Ugé, « les différentes lois et réglementations mises en place depuis août 2004 et renforcées chaque année ont donné aux directeurs des caisses de sécurité sociale un pouvoir discrétionnaire et exorbitant du droit commun pour sanctionner le médecin libéral (en toute impunité) et les députés s’apprêtent comme tous les ans à rajouter dans le PLFSS de nouvelles dispositions inutilement contraignantes et harcelantes ».

Pour l’Ugé ces nouvelles dispositions remettent en cause, notamment, la liberté d’installation afin de réduire les disparités d’implantations.

Union Généraliste appelle les syndicats à se ressaisir et à s’unir pour s’opposer en Conseil d’Etat à « ces mesures anciennes et à venir, sources d’épuisement professionnel, élément déterminant dans la désaffection pour ce métier, dont le suicide majoré des médecins est un marqueur notable ».

FB

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (5)

  • Précisions

    Le 22 septembre 2009

    Quel est le pourcentage de généralistes dans le total de suicide de médecins ?

  • Suicide: 15 % des décès de médecins actifs

    Le 22 septembre 2009

    Les chiffres donnés par l’UG sont légèrement différents de la réalité : les suicides représentent environ 15% des décès de médecins actifs sur les années 1998 à 2003. Plus récemment l'étude CARMF / CNOM retrouve environ 12 % de suicides dans les causes de décès. Il y a environ 350 décès de médecin actifs par an, ce qui nous amène à un chiffre entre 40 et 50 suicides annuels. Mais cette épidémie dure depuis des années dans l'indifférence générale. Et avec des haussements d'épaule méprisants de directeurs de caisse d'assurance maladie (j'ai des noms !)

    Yves Leopold
    Vice Président de la CARMF et auteur de l'étude de 2003 sur le suicide.

  • Médecins généralistes: pas seulement suicide

    Le 23 septembre 2009

    J'ai appris, d'un expert de la CARMF, que le nombre de demandes de retraites anticipées (entre 60 et 65 ans) pour troubles psychologiques et dépression est en forte augmentation.
    Pourtant nous savons tous que les médecins, surtout MG, ne peuvent avoir d'autre "vraie" maladie que cancer et infarctus !

    Dr Claire Colas, Yvelines

Voir toutes les réactions (5)

Réagir à cet article