R.Bachelot aux professionnels de santé : « Nous avons besoin de vous tous »

Paris, le 5 octobre. Dans une lettre ouverte datée du 29 septembre à destination des professionnels de santé, la ministre de la santé, Roselyne Bachelot, lance un appel à la mobilisation en prévision de la campagne de vaccination contre la grippe A (H1/N1) : « J’en appelle à votre sens de l’intérêt général, au fondement même de votre vocation au profit de la santé, pour vous mobiliser, nombreux, au moment où nous ferons appel à vous. Il y va de la réussite de cette campagne ». 

A ce jour, chaque département doit avoir finalisé son plan de vaccination selon les directives données dans le courant du mois d’août par les ministères de l’Intérieur et de la Santé (Cf. Vaccination de masse contre la grippe A, 13ème travail d’Hercule !). Les centres de vaccinations doivent tous avoir été désignés et ils fonctionneront grâce à la mobilisation de professionnels de santé volontaires : médecins, infirmiers, étudiants, retraités.

La constitution des équipes de vaccination

Selon une lettre des ministères de l’Intérieur et de la Santé datée du 1er octobre et envoyée aux préfets et aux directeurs des ARH, un ordre de priorité a été établi dans la mobilisation des professionnels de santé (liste complète dans le PDF de la lettre en fin d’article) :

1 – Elèves infirmiers ayant validé la deuxième année d’études préparant au diplôme d'Etat d'infirmier ou inscrites en troisième année d'études préparant à ce diplôme

Étudiants ayant validé la deuxième année du deuxième cycle des études médicales
Internes en médecines ayant validé le deuxième cycles des études de médecine.

2 – professionnels de santé retraités depuis moins de 5 ans ou appartenant à la réserve sanitaire

3 – professionnels de santé remplaçants ou intérimaires

4 – personnels de santé des centres de vaccination habilités selon les dispositions de l'article D.3III-23 du CSP. Les centres de santé habilités comme centres de vaccination, et dont le personnel est réquisitionné, mettent en oeuvre leur plan de continuité d’activité.

5 – personnels de santé des centres de santé ne participant pas aux soins.

6 – médecins et infirmiers de l'éducation nationale …

Chaque centre doit disposer en permanence d’au moins un médecin et un infirmier de plein exercice.

La cohérence d’ensemble est assurée par le préfet dans chaque département « afin de garantir la mise oeuvre de la campagne de vaccination tout en maintenant la capacité de réponse du système de soins et, si nécessaire, en renforçant les secteurs de soins critiques ». L’agence régionale d’hospitalisation (ARH) est responsable de la définition et de la mise en œuvre des mesures nécessaires dans le cadre de ce renforcement.

Lancement de la campagne « à la fin du mois d’octobre »

Les professionnels de santé figurent en tête des groupes de populations à vacciner. Suivent les personnes les plus vulnérables selon la stratégie vaccinale dévoilée par le Premier ministre fin septembre.

Initialement pressentie à partir du 14 octobre, la campagne de vaccination devrait en fait débuter « à la fin du mois d’octobre » : « Elle sera décidée en fonction des dernières données épidémiologiques de l’InVS et lorsque nous aurons toutes les garanties sur l’efficacité et la sécurité des produits au travers des autorisations de mise sur le marché ».

Pour le moment, la France a reçu 12 000 doses de vaccin sans adjuvant Celvapan du laboratoire Baxter, qui a reçu l’aval de l’Agence Européenne du médicament (EMEA) vendredi mais pas encore d’AMM. Elle attend les livraisons massives des vaccins Novartis et GSK auxquels la Commission européenne a délivré l’AMM, la semaine dernière.

Pour aller plus loin

- La lettre de Roselyne Bachelot 
- La lettre des ministères de l’Intérieur et de la Santé envoyée aux préfets et directeurs d’ARH

FB

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article