Très grand âge, tabac, alcool et DMLA

La dégénérescence maculaire liée à l’âge est une cause majeure de cécité chez les plus de 65 ans dans les pays industrialisés. L’âge est bien sûr le facteur de risque le plus important mais peu de travaux se sont intéressés aux autres facteurs de risque éventuels de cette affection oculaire chez les plus 75 ans. Une équipe américaine s’est attachée à évaluer l’incidence de la DMLA au quatrième âge et la relation au tabagisme (deuxième facteur de risque, le plus souvent retrouvé de façon homogène) ainsi qu’à la consommation d’alcool (facteur de risque de DMLA selon certaines études mais pas toutes).

A.L Coleman et coll. ont, au sein de la Study of Osteoporotic Fractures, vaste étude multicentrique prospective, (dont l’objectif initial était d’identifier, aux États-Unis, les facteurs de risque de factures liées à l’ostéoporose), examiné les photographies d’examens du fond d’œil de 1 958 femmes venues aux consultations de suivi des 10e et 15e années (entre 1997 et 1998, puis entre 2002 et 2004). Ils ont également analysé les données angiographiques rétiniennes des 15 ans de suivi, selon l’âge, la prise auto-rapportée de toute boisson alcoolisée au cours des 30 jours précédant la consultation des 10 ans et le tabagisme au moment de cette consultation de la 10e année.

Dans cette population, âgée, à la 10e année de suivi de 78,2 ± 3,7 ans en moyenne, comptant 245 femmes noires et 1 713 femmes blanches, l’incidence sur 5 ans de la DMLA précoce (drusens, modifications pigmentaires) était, globalement, de 24,1 % et celle de la DMLA tardive (atrophie ou néovascularisation) de 5,7 %.

Dans l’ensemble, l’incidence de la DMLA précoce était plus élevée chez les femmes blanches que chez les femmes noires (25,1 % vs 16,7 % p = 0,022) ainsi que celle de la DMLA tardive (6,2 % vs 0,9 % ; p = 0,002).

Selon la classe d’âge, chez les femmes blanches (n = 1 713), l’incidence de la DMLA précoce était de 21,9 % chez les 74-79 ans, de 33,2 % chez les 80-84 ans, et de 29 % chez les 85 ans et plus ; l’incidence de la DMLA tardive allait de 4,3 % chez les 74 à 79 ans à 14,5 % chez les 85 ans et plus. Chez les femmes noires l’incidence de la DMLA précoce était de 20 % chez les 74-79 ans, de 6,4 % chez les 80-84 ans et 2 cas ont été recensés à 85 ans et au-delà.

Après ajustements sur les facteurs confondants potentiels (notamment sur l’âge, l’ethnie, le centre de recrutement, le niveau d’éducation, les antécédents auto-rapportés d’HTA et ceux de diabète, les habitudes de marche, et le tabagisme), la consommation incidente d’alcool, s’est avérée significativement associée à un risque accru de DMLA précoce (OR = 1,57 IC à 95 % 1,18-2,11).

En ce qui concerne le tabagisme, après ajustements aussi sur la consommation d’alcool, les résultats laissent apparaître une augmentation substantielle du risque de DMLA précoce chez les femmes âgées de 80 ans et plus qui fumaient en comparaison des moins de 80 ans non fumeuses (OR = 5,49 IC à 95 % 1,57-19,20). L’accroissement du risque de DMLA précoce était plus modéré chez les femmes âgées de 80 ans et plus non fumeuses en comparaison des moins de 80 ans ne fumant pas (OR = 1,63 ; 1,22-2,18).

Cette étude, prospective, ayant inclus près de 2 000 femmes, met l’accent sur les relations entre deux comportements modifiables, le tabagisme et la consommation d’alcool, et le risque de DMLA précoce. Les résultats intéressant les fumeuses de plus de 80 ans sont l’objet d’une attention particulière des auteurs, qui recommandent l’arrêt du tabagisme, même dans le très grand âge.

Dr Julie Perrot

Référence
Coleman AL et coll. : The association of smoking and alcohol use with age-related macular degeneration in the oldest old : The Study of Osteoporotic Fractures. Am J Ophthalmol, Publication en ligne, 1er octobre 2009.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article