Au cœur du lupus systémique

Le lupus érythémateux systémique (LES) est une affection auto-immune chronique, caractérisée par la présence d'auto-anticorps anti-nucléaires. Il s'agit d'une maladie systémique, aux atteintes viscérales  multiples. La pathologie cardiovasculaire y est une cause importante de morbi-mortalité. Les études échographiques et post mortem relèvent une forte incidence de lésions myocardiques et coronaires asymptomatiques. Les pathologies cardiaques les plus fréquentes sont des péricardites, une association au syndrome des anti-phospholipides, des endocardites fibreuses aseptiques de Liebmann-Sachs, des myocardites, une augmentation de la prévalence de la maladie athéromateuse par rapport à la population générale

Il n’existe pas de consensus quant à la meilleure méthode de détection d’une pathologie cardiaque chez les malades lupiques. Les progrès techniques récents ont permis de rendre l’exploration cardiaque en IRM possible en pratique courante. En IRM, des séquences pour l’étude du rehaussement tardif peuvent être effectuées après injection de gadolinium et un rehaussement tardif en IRM traduit un excès de produit de contraste dans les tissus pathologiques par rapport aux tissus sains. Il peut être ainsi révélateur d’un œdème ischémique, d’une myocardite inflammatoire ou infectieuse, de remaniements fibreux post infarctus ou d’une cardiomyopathie.

Une équipe anglaise  a mené une étude chez 22 malades lupiques (20 femmes et 2 hommes) parmi lesquels 11 avaient une pathologie cardiovasculaire connue et 11 autres (les contrôles) en étaient cliniquement indemnes. Une IRM avec séquence de rehaussement tardif et une échographie cardiaque transthoracique ont été réalisées chez tous les sujets.

En IRM, il a été retrouvé un rehaussement tardif pour 5 sujets du groupe malade et 1 sujet du groupe contrôle. L’échographie a détecté la même anomalie chez seulement 2 sujets sur les 6. L’aspect IRM chez les malades suggérait une pathologie coronaire ischémique plutôt qu’une myocardite inflammatoire.

Les auteurs concluent que  l’IRM cardiaque est un moyen non invasif et plus sensible que l’échographie transthoracique dans la détection de l’atteinte myocardique infra-clinique au cours du LES.

Dr Juliette Lasoudris-Laloux

Références
O’Neill SG et coll. : Cardiac magnetic resonnance imaging in patients with systemic lupus erythematosus. Ann Rheum Dis 2009; 68: 1478-1484.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article