Une complication rare de l’intoxication aux organophosphorés

Les intoxications aiguës humaines par les produits organophosphorés, qu’elles soient accidentelles ou volontaires, sont très graves lorsqu’il s’agit de l’ingestion d’un produit commercial agricole pur. Elles sont très fréquentes dans le sud de l'Inde, où les agriculteurs représentent une part importante de la population et utilisent couramment des insecticides comme le parathion. Ainsi, grâce à la facilité d'accès de ces composés, un grand nombre de cas de suicide au parathion sont constatés dans cette région.

Des auteurs indiens rapportent un cas mortel par infarctus du myocarde secondaire à une intoxication au parathion.

Un agriculteur de 51 ans, avec des antécédents de diabète non insulinodépendant est conduit à l'hôpital après avoir consommé une quantité inconnue de parathion. Un lavage gastrique est effectué et l’analyse du liquide confirme l’intoxication au parathion. La biologie montre une réduction drastique du niveau de la cholinestérase plasmatique (99 UI/L). Il est alors traité avec de l'atropine et l’antidote spécifique, le pralidoxime.

L’évolution dans les premiers jours est favorable mais au septième jour après l'ingestion, sa tension artérielle chute. Une échographie montre la présence d'une ischémie myocardique. Les prélèvements sanguins retrouvent un niveau de troponine de 1,0 ng/mL, un taux de CPK de 137 UI/L et un niveau de CK-MB de 2 970 UI/L. Le diagnostic d’infarctus du myocarde est posé, et malgré le traitement, le patient décède.

L'examen histopathologique du cœur a confirmé la présence d'un infarctus du myocarde récent de la paroi antérolatérale du ventricule gauche Il n'y avait pas d'autres résultats significatifs à l'autopsie.

Dans les cas d’intoxication aux organophosphorés c’est l’accumulation d’acétylcholine non hydrolysée qui explique le tableau clinique.
Les signes cliniques comprennent une salivation, un larmoiement, des vomissements, des crampes gastro-intestinales, une bronchorrhée, des fasciculations musculaires, des crampes, une dépression du centre respiratoire. La symptomatologie cardiaque est souvent méconnue face aux symptômes respiratoires et neurologiques. Des troubles du rythme supraventiculaires et ventriculaires, des torsades de pointes, ainsi que d'autres troubles de la conduction, sont responsables d'une mortalité précoce mais également retardée et une insuffisance circulatoire gravissime est possible. 

Dans le cas présenté, l’augmentation de la concentration d’acétylcholine induite par le parathion pourrait avoir provoqué un spasme coronarien intense provoquant l'infarctus de la paroi antérolatérale du ventricule gauche. L'acétylcholine est généralement un vasodilatateur agissant en libérant des facteurs endothéliaux de relaxation (EDRF). Chez les patients atteints d'athérome coronrien, l’acétylcholine provoque une vasoconstriction coronaire, même à faibles doses, indiquant une dysfonction endothéliale.

Cette publication illustre une complication rare qui doit être connue afin d’adapter le suivi et le traitement de l’intoxication aux organophosphorés.

Dr Frédérique Doriat

Référence
Kidiyoor Y et al. A rare case of myocardial infarction due to parathion poisoning. J Forensic Legal Med 2009, 16 : 472-4. doi:10.1016/j.jflm.2009.05.003

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article