Consommation de thé vert et cancer de l’estomac, encore une démonstration de l’inégalité des sexes

Le cancer de l’estomac n’est pas un cancer très fréquent en France, mais il y a cependant environ 7 000 nouveaux cas par an (4 405 chez l'homme et 2 389 chez la femme, en 2005), avec des taux d'incidence standardisées sur la population mondiale de 8,2 pour 100 000 hommes et de 3,1 pour 100 000 femmes.
En 2002 il demeurait la seconde cause de décès par cancer dans le monde avec environ 700 000 décès.

Des études expérimentales ont suggéré que le thé vert pouvait avoir une action anticancéreuse par le biais de différents mécanismes, mais les résultats des études épidémiologiques recherchant une association entre la consommation de thé vert et la survenue d’un cancer de l’estomac sont contradictoires.

L’objectif de cette étude réalisée par une équipe de Tokyo, pays à forte incidence de cancer gastrique était de réévaluer cette association.

Ces auteurs ont analysés les données individuelles de 6 études de cohortes ayant mesuré la consommation de thé vert en utilisant un questionnaire validé.
Les hazard ratios (HR) ont été calculés pour les études individuellement, avec ajustement sur un certain nombre de variables cliniques, puis ont été analysés de façon globale en utilisant un modèle d’effet aléatoire (c'est-à-dire prenant en compte la possibilité d’une hétérogénéité entre les études).

Sur une période de suivi de 2 285 968 patient-années, pour un total de 219 080 patients, 3 577 cas de cancer de l’estomac ont été diagnostiqués.
Par rapport à ceux qui buvaient moins de 1 tasse de thé vert par jour, il n’était pas retrouvé d’effet de diminution du risque de cancer de l’estomac avec une consommation croissante de thé vert chez les hommes, même en stratifiant l’analyse sur la consommation de tabac et les différentes localisations spécifiques du cancer.
Parmi les femmes, en revanche, une diminution du risque de cancer gastrique était observée chez celles qui consommaient 5 tasses ou plus de thé vert par jour (HR global en analyse multivariée ajustée = 0,79, IC95 % = 0,65 à 0,96).
Cette diminution était également constatée lorsque l’analyse était restreinte aux formes distales de cancer de l’estomac (HR = 0,70 ; IC95 % = 0,50 à 0,96).
En revanche l’absence d’association entre la consommation de thé vert et les formes proximales du cancer de l’estomac était retrouvée aussi bien chez les femmes que chez les hommes.

Cette étude suggère qu’une consommation importante de thé vert pourrait diminuer le risque de forme distale de cancer de l’estomac…chez les femmes seulement.

Pr Marc Bardou

Référence
Inoue M et coll. : Green tea consumption and gastric cancer in Japanese: a pooled analysis of six cohort studies. Gut 2009; 58: 1323-1332

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article