RCH : moins de colectomies avec l’infliximab ?

Les différentes thérapeutiques ciblant le TNF ont fait la preuve de leur efficacité dans le traitement des maladies inflammatoire de l’intestin, et c’est le cas en particulier de l’infliximab dans la rectocolite ulcéro-hémorragique (RCH).

Néanmoins, la question se pose de savoir dans quelle mesure le recours à ces nouvelles thérapies ciblées permet d’éviter les colectomies.

Les essais cliniques ACT-1 et ACT-2 (Active Ulcerative Colitis Trial) randomisés en double aveugle contre placebo ont évalué l’infliximab en phase d’induction et de maintenance dans des RCH modérément à très actives.

Au total, 728 patients ont reçu soit de l’infliximab (5 ou 10 mg/kg), soit le placebo aux semaines 0, 2, 6 et toutes les 8 semaines jusqu’à la 46ème semaine (ACT-1) ou à la 22ème semaine (ACT-2).

Les données sur les colectomies réalisées, les hospitalisations et toutes les interventions chirurgicales ou les endoscopies ont été recueillies jusqu’à la 54ème semaine après la première perfusion.

Six cent trente des 780 patients ont eu un suivi complet et 13 % (98 patients) un suivi médian de 6,2 mois.

L’incidence cumulée, à 54 semaines, de colectomies a été de 10 % dans le groupe infliximab contre 17 % dans le groupe placebo (P = 0,02), c'est-à-dire une réduction du risque absolu de 7 % et relative de 42 %.

Comparativement au groupe placebo, il y a eu moins d’hospitalisations du fait de la RCH et moins d’opérations ou d’autres procédures : pour 100 années-patients de traitement dans le groupe infliximab 40 vs 20 (P = 0,003) et 34 vs 21 (P = 0,03), respectivement.

Les effets indésirables observés chez les patients traités par infliximab ont été des infections sévères, des tuberculoses, des histoplasmoses, des listérioses et des tumeurs malignes.

Cette étude montre que le traitement par infliximab des patients ayant une RCH modérément à sévèrement active, diminue de 42 % le risque de colectomie 54 semaines après la mise en route du traitement, comparativement au groupe placebo.

Ces résultats sont intéressants même si, comme le souligne l’éditorial qui l’accompagne, la population incluse était à risque moyen de colectomie et que, donc, ce critère de jugement n’a peut-être pas toute sa pertinence.

De plus l’intervalle de confiance de la réduction du risque, 1 % à 12 %, conduit à se poser la question du bénéfice réel en terme de colectomie, avec un nombre de patients à traiter pour éviter une colectomie de 14 (8-100).

Pr Marc Bardou

Référence
Sandborn W J et coll. Colectomy Rate Comparison After Treatment of Ulcerative Colitis With Placebo or Infliximab. Gastroenterology 2009; 137: 1250-1260

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article