Désir de grossesse après stérilisation tubaire : quelle chance d’aboutir ?

La stérilisation tubaire est une méthode contraceptive largement utilisée avec l’objectif de supprimer définitivement les possibilités de procréation naturelle. Mais le changement de conjoint ou plus rarement la perte d’un enfant ou d’un compagnon peuvent amener à désirer à nouveau une grossesse. Le rétablissement de la continuité tubaire par une anastomose tubaire est faisable mais les chances de succès pourraient dépendre de la méthode utilisée pour la stérilisation.

Cette étude évalue le taux et le déroulement de grossesses obtenues dans 164 cas de « reversion » de stérilisation parmi 261 interventions de ce type réalisées pendant la période 1985-2005. Toutes les tentatives de reperméabilisation tubaire ont été effectuées par mini laparotomie avec une extériorisation des organes. Les règles de la microchirurgie, dont l’humidification des tissus, ont été respectées. Les techniques de stérilisations avaient été variées : technique de Pomeroy (2 %), anneaux (54 %), clips (23 %), électrocoagulation (13 %).  L’âge moyen des patientes était de 33,8 ans.

Le taux de grossesses intra-utérines a été de 72,5 %, le taux d’accouchement d’un enfant vivant de 60 %, le taux de fausses couches de 18 % et de grossesses extra-utérines (GIU) de 7,7 %. Le délai moyen de conception a été de 8,4 mois. L’âge est apparu être un facteur prédictif significatif de grossesse. Le taux cumulatif des GIU a été de 81 % chez les femmes âgées de moins de 36 ans, de 67 % chez les 36-39 ans, 50 % chez les 40-43 ans et de 12,5% chez les plus de 43 ans. Le taux de grossesses était plus élevé après une stérilisation par anneaux (72 %) ou par clips (78 %), par rapport à la technique de Pomeroy (67 %) et à l’électrocoagulation (68 %) ; cependant, cette différence n’était pas statistiquement significative. Contrairement a ce qui est observé dans d’autres études, la longueur tubaire après l’anastomose n’a pas eu d’impact sur le taux de grossesses.

Au total, les résultats de cette étude démontrent clairement la faisabilité et l’efficacité de l’anastomose tubo-tubaire effectuée en microchirurgie. Il semble que la laparotomie soit la voie de référence et que le rétablissement de la continuité tubaire constitue une bonne alternative thérapeutique à la FIV chez des patientes ayant bénéficié d'une stérilisation tubaire et qui souhaitent une grossesse.

Dr Viola Polena

Référence
Gordts S et coll. : Clinical factors determining pregnancy outcome after microsurgical tubal reanastomosis. Fertil Steril., 2009 ; 92 : 1198-202.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article