Peut-on aller plus loin dans la prévention du diabète ?

La prévalence du diabète de type 2 a augmenté de 61 % entre 1990 et 2001et cette tendance ne semble pas se stabiliser. On estime que 70 % des patients ayant un pré-diabète développeront un authentique diabète. Dans ce contexte la prévention du diabète est un enjeu majeur.

Dans cette étude, les investigateurs du DPP (Diabetes Prevention Program) se sont intéressés aux personnes pour lesquelles on obtenait, au cours de l'étude, une normalisation du métabolisme glucidique. Le DPP est un essai randomisé prospectif d’une durée de 3 ans dont l'objectif était d'évaluer le risque de progression vers un diabète en cas de pré-diabète. Trois groupes ont été comparés :

- modification intensive du mode de vie dont l'objectif était une perte de 7 % du poids corporel avec maintien de ce poids par une alimentation hypocalorique et hypolipidique et un exercice physique d'intensité modérée équivalent à 150 minutes de marche rapide par semaine
- traitement par 850 mg de metformine 2 fois par jour avec recommandations habituelles concernant le mode de vie
- placebo 2 fois par jour avec recommandations habituelles concernant le mode de vie.

Les résultats du DPP ont montré une réduction de l'incidence du diabète dans les groupes modification intensive du mode de vie et metformine par rapport au groupe placebo mais la plupart des participants sont restés pré-diabétiques.

Cette étude ancillaire a analysé les données des 2 528 patients ayant à la fois une hyperglycémie à jeun (entre 5,3 et 6,9 mmol/l ou 0,95 et 1,26 g/l) et une intolérance au glucose après dose de charge orale de 75 g de glucose (entre 7,8 et 11 mmol/l ou 1,40 et 1,80 g/l) pour déterminer les facteurs associés à une normalisation complète des valeurs glycémiques. Le nombre de participants pour lesquels la glycémie à jeun et la tolérance au glucose se sont normalisées a été de 418 après un an de suivi, 130 après 2 ans de suivi et 52 au bout de 3 ans. Les facteurs significativement associés à une normalisation du métabolisme glucidique étaient des taux glycémiques à jeun et post-charge plus faibles à l'inclusion, un plus jeune âge, une meilleure sécrétion insulinique, le fait d'appartenir au groupe modification intensive du style de vie et la perte de poids.

La véritable prévention du diabète doit permettre une normalisation des paramètres glycémiques à jeun et post-charge de préférence au maintien d'un état de risque élevé comme le pré-diabète. Certains des facteurs associés à la normalisation du métabolisme glucidique ne sont pas modifiables comme l'âge ou l'altération de la sécrétion insulinique. Cependant la perte de poids et le programme de modification intensive du style de vie augmentent les chances de normalisation des glycémies. La meilleure stratégie pour la prévention du diabète de type 2 serait d'établir précocement des habitudes de vie saines.

Dr Laurence Du Pasquier

Référence
Perreault L et coll : Regression from pre-diabetes to normal glucose regulation in the diabetes prevention program. Diabetes Care 2009 32:1583-1588.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article