Les thrombocytoses du petit nourrisson sont bénignes et autolimitées

La portée des études consacrées aux thrombocytoses du petit nourrisson –nouveau-né inclus- est souvent limitée par le choix d’une valeur seuil des plaquettes sanguines (PS) trop basse (en général voisine de 400 000/ mm³). Pour éviter cet écueil, SE Wiedmeier et coll. n’ont retenu que les thrombocytoses majeures, supérieures à 1 million de PS par mm³ de sang.

Dans une base de données, enregistrant des patients externes et des patients hospitalisés sur plusieurs sites, ils ont retrouvé 25 enfants sur 40 474 (prévalence de 0,6 p. 1000) remplissant ce critère au cours des 20 premières semaines de vie.

Douze enfants étaient nés à terme, et 13 prématurément.

L’hyperplaquettose était toujours une trouvaille d’hémogramme lors d’une hospitalisation, à l’admission (n=4), ou après un séjour de plus d’une semaine (n=21), avec un pic à la 2e-3e semaine et un autre à la 7e semaine. Sa valeur maximum a été de 1,34 millions/mm³.

Aucun enfant n’avait de trisomie 21 ni de maladie myéloproliférative.

Toutes les thrombocytoses étaient associées à des affections transitoires. Il s’agissait par ordre de fréquence décroissant d’infections (n=12) survenues pendant la première semaine de vie (2) ou plus tard (10) ; de périodes postopératoires (n=8) ; d’anémies de la prématurité (n=4), non traitées ; ainsi que d’une hyperplasie congénitale des surrénales et d’un syndrome de sevrage aux opiacés.

L’hyperplaquettose avait débuté 9 jours (valeur médiane) après le début des infections, et 13 jours (médiane) après l’intervention chirurgicale. Elle redescendait en dessous de 1 million/mm³ en une semaine. Un enfant a toutefois fait deux épisodes d’hyperplaquettose.

Il n’y a eu aucun cas de thrombose ni d’hémorragie.

Un seul sujet a reçu de l’aspirine parce qu’il avait été opéré d’une cardiopathie congénitale.

Toutes les thrombocytoses majeures colligées chez les petits nourrissons de cette étude étaient donc « réactionnelles » (elles accompagnaient une affection a priori curable et elles ont été résolutives), et aucune n’a entraîné de thrombose ou d’hémorragie. Il ne semble pas justifié de les traiter.

On peut supposer qu’elles étaient dues à une stimulation transitoire de la mégacaryopoièse par une sécrétion accrue de thrombopoïétine et/ou d’interleukines.

Dr Jean-Marc Retbi

Référence
Wiedmeir SE et coll. : Thrombocytosis in neonates and young infants : a report of 25 patients with platelet counts of ≥1 000 000 µl-1. J Perinatol., 2009. Publication avancée en ligne 1er Octobre

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article