Protège-dents : un risque sanitaire chez le sportif

Le protège-dents est fréquemment utilisé dans les sports de combat ainsi que par de nombreux sportifs de disciplines collectives. Ce qui est logique quand on sait que les traumatismes de la bouche sont les plus répandus de tous les accidents oro-faciaux et que la perte de dents a un impact financier non négligeable, mais aussi un impact psychosocial considérable.  Cependant leur utilisation impose une hygiène stricte comme vient d’en témoigner une étude portant sur 62 joueurs de football américain qui ont été examinés sur le plan stomatologique à la recherche de lésions orales (hyperkératose, érythème, ulcères…) avant la saison, en milieu et en fin de saison. Pour mieux être analysées, toutes les bouches ont été photographiées et les clichés examinés par des experts indépendants.

Cette étude menée par Richard Glass (Université de l’Oklahoma) a montré une incidence de 1,4 lésions par personne avant la saison (essentiellement au niveau de la muqueuse buccale), incidence qui est passée à 2,0 par joueur en milieu de saison (avec une augmentation proportionnelle des lésions gingivales et de la langue) et à 3,7 en fin de saison. Ce sont alors les lésions gingivales qui prédominaient avec une fréquence légèrement supérieure à celle de la muqueuse buccale. Mais le palais était également atteint, de même que la langue. Une analyse bactériologique de certaines lésions a montré la présence massive de germes communs mais aussi de Candidas. Ceci conduit les auteurs à recommander une hygiène correcte des protège-dents qui doivent être gardés propres à tout moment à l’aide d’un savon doux et d’une brosse à dents à poils souples. Ils doivent par ailleurs être rincés à l'eau froide ou avec un rince-bouche, avant et après chaque utilisation, et être conservés dans un contenant rigide et ventilé, à l'abri de la chaleur et du soleil. Enfin, il faut vérifier régulièrement l'usure du protège-dents afin d’éviter qu’il ne bouge dans la bouche.

Evident ? Probablement, mais rarement suivi d’effet, signalent les auteurs.

Dr Dominique-Jean Bouilliez

Référence
Glass R et coll. : Protective Athletic Mouthguards : Do They Cause Harm? Sports Health: A Multidisciplinary Approach 2009; 1 : 411-15.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article