Vaccination des professionnels de santé : ça ne se bouscule quand même pas !

Paris, le lundi 9 novembre 2009 – Le ministre de la Santé, Roselyne Bachelot ne semble pas avoir l’optimisme arithmétique. Lors de la conférence de presse organisée ce matin au ministère de la santé, dédiée au lancement le 12 novembre de la campagne de vaccination à destination de la population générale, elle a évoqué l’immunisation des professionnels de santé. « On a parlé de désaffection des professionnels de santé pour la vaccination, de début poussif, certains ont même parlé d’échec, un de ces experts (…) a même parlé de bide. Qu’en est-il vraiment ? Je vous laisse juge : ils seront ce soir plus de 80 000 praticiens hospitaliers, médecins et infirmiers de ville à être vaccinés. Je dis bien 80 000 ». Ces chiffres méritent-ils cependant tant d’être répétés ? Au regard des 800 000 professionnels de santé principalement visés par la campagne et du million de soignants que compte la France, il semble que moins de 10 % des personnes visées aient pour l’heure répondu à l’appel.

34 praticiens libéraux immunisés pour un bassin de population de 300 000 personnes !

C’est d’ailleurs ce dont témoigne également des chiffres rendus publics la semaine dernière. Ainsi, mercredi 4 novembre, l’Assistance publique des hôpitaux de Paris recensait 7 000 vaccinations, soit moins de 10 % de ses effectifs. Le lendemain, dans un communiqué commun, MG France, la Coordination médicale hospitalière et le Syndicat national de médecins, chirurgiens, spécialistes biologistes et pharmacien des hôpitaux publics (SNAM-HP) indiquaient que seuls 7 % des professionnels de santé hospitaliers auraient choisi de se faire vacciner. Par ailleurs, des données officielles du ministère de la santé confirmaient que selon les établissements, la couverture vaccinale variait entre 2 et 10 %. Sur le terrain, les informations délivrées par les praticiens responsables de la vaccination confirment ce que Roselyne Bachelot refuse de devoir appeler une « désaffection ». Ainsi, le chef du service « microbiologie et hygiène » d’un établissement francilien, contacté par le JIM, indique qu’au sein de son hôpital comptant 1 900 personnes, seules 91 avaient choisi de se faire immuniser vendredi 6 novembre, ce qui correspond à 4 % du personnel. Concernant les praticiens libéraux, le spécialiste soulignait qu’au vu des demandes de rendez-vous enregistrées et des personnes s’étant déjà présentées à l’hôpital, une trentaine serait vaccinée « avant l’ouverture des centres dédiés ». Ces résultats concernent un établissement situé dans un bassin de population comptant 300 000 personnes… qui bénéficieront donc le 12 novembre de 34 praticiens libéraux immunisés !

Roselyne Bachelot vaccinée le 12 novembre !

A l’heure des questions des journalistes, ce matin, l’équipe de Roselyne Bachelot se montrait un peu moins triomphaliste. Ainsi, le directeur général de la Santé, Didier Houssin, confirmait qu’il s’agissait d’un « faible pourcentage », qu’il évaluait « autour de 10 % ». Cependant, il soulignait qu’il était sans doute « un peu tôt pour juger de la couverture vaccinale ». Dans la lignée de son directeur général de la Santé, le ministre tempéra également son enthousiasme en remarquant que si les chiffres étaient « encourageants », ils n’étaient pas « satisfaisants ». Elle tint cependant à rappeler que de nettes différences prévalaient en fonction des hôpitaux, non seulement en raison d’organisations logistiques diverses, mais aussi en fonction « de l’histoire de l’épidémie ». « Je pense par exemple à cet hôpital où deux nourrissons et deux femmes enceintes ont été hospitalisés » souffrant de formes sévères de la grippe A (H1N1), et où « les demandes de vaccination ont été beaucoup plus importantes » observe-t-elle. Quelques minutes plus tôt lors de son exposé, le ministre avait évoqué le « décès dramatique d’une patiente au CH de Nice la semaine dernière très vraisemblablement contaminée au sein même de l’hôpital [qui] doit rappeler chaque professionnel, chaque personne au contact des plus fragiles d’entre nous au sens des responsabilités ». Et pour témoigner qu’elle n’hésite pas elle-même à prendre ses responsabilités, Roselyne Bachelot a annoncé qu’elle se ferait vacciner le jeudi 12 novembre. Elle confirmera ainsi qu’elle fait toute confiance aux premiers rapports de pharmacovigilance qui ne font apparaître aucun trouble majeur associé à la vaccination contre la grippe A (H1N1). Ainsi, pour 50 000 personnes immunisées, une trentaine d’effets indésirables « d’intensité bénigne à modérée » ont été rapportés.

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Vaccinations des professionnels de la santé

    Le 10 novembre 2009

    C'est pareil en Suisse. Les infirmières renâclent, piaffent contre le vaccin. Mais heureusement une enquête faite il y a plusieurs années sur la proportion d'enfants vaccinés chez les enfants de pédiatres par rapport à la population tout-venant a montré des taux de couverture largement supérieurs. Donc les pédiatres y croient. Un médecin cantonal s'est posé officiellement la question de savoir si c'est en raison de leur relation au malade ou à leurs compétences scientifiques qu'il fallait attribuer cette dérive. On n'aurait pas mieux dit (diplomatiquement).

    Dr Virgile Woringer

Réagir à cet article