A quand un Téléthon pour lutter contre la bêtise ?

Paris, le lundi 23 novembre – « La bêtise a deux manières d’être : elle se tait ou elle parle. La bêtise muette est supportable ». Tout comme Honoré de Balzac, de nombreux Français ont sans doute estimé hier qu’il eut été bien plus supportable de ne pas entendre Pierre Bergé s’exprimer dans l’émission « Parlons Net » de France Info. Si le silence eût été plus heureux, ce n’est pas seulement parce que son discours fut un affront certain pour la syntaxe. Se lançant dans une diatribe contre le Téléthon (dont il est coutumier, selon la présidente de l’Association française contre les myopathies), il a en effet martelé : « J’accuse que 100 millions d’euros pour le Téléthon ne sert à rien. Je dis clairement (sic !) que ça sert d’autant moins à rien que les organisateurs du Téléthon, ils ont trop d’argent ». Il est tout à fait compréhensible que l’urgence de cette dénonciation, deux semaines avant le Téléthon, ait provoqué chez Pierre Bergé ces approximations grammaticales. Ou peut-être faut-il voir dans cette énonciation difficile, l’émotion d’avoir révélé à 79 ans, après près de 50 ans de vie publique, une réalité difficile à pressentir : « Je suis probablement l’une des rares personnes qui puissent s’opposer au Téléthon, parce que je suis myopathe ! » a-t-il en effet commencé. Et s’il a fait suivre cette annonce d’un long silence, ce n’est pas pour honorer la mémoire de Balzac, mais plutôt pour reprendre son souffle avant de poursuivre son assaut contre le Téléthon, qu’il a notamment accusé de « capter la générosité des Français » et dont il a fustigé les méthodes. Il userait en effet selon Pierre Bergé : « d’une manière populiste en montrant des malades, en exhibant le malheur des enfants et moi je trouve ça inadmissible ! ».

Laurence Tiennot-Herment répond à Pierre Bergé

Inadmissible, ce fut également le sentiment de la très grande majorité des commentateurs ce dimanche 22 novembre après les déclarations de Pierre Bergé. Le premier d’entre eux, fut la présidente de l’AFM, Laurence Tiennot-Herment, qui s’attela à répondre point par point aux attaques du président du Sidaction. Ainsi, alors que ce dernier avait évoqué l’achat « d’immeubles » par les organisateurs du Téléthon, elle rétorqua : « Nous engageons des moyens financiers parfois dans de la construction et dans du bâtiment, (…) toujours en lien avec nos missions sociales, guérir et aider ». Elle a à ce titre évoqué la mise en place à Angers de trois appartements destinés à être des « lieux de répit pour les familles ». Quant à la révélation de sa maladie par Pierre Bergé, après avoir déclaré qu’elle l’ignorait, elle a un peu ironisé : « Il ne fait pas partie de mon conseil d'administration ». Enfin, face aux accusation « d’exhibitionnisme » lancées par Pierre Bergé, celle qui fut la mère d’un enfant atteint d’une myopathie bien plus sévère que celle du président du Sidaction, a répondu : « Ca fait trop mal par rapport à nos enfants malades, ça fait trop mal par rapport aux familles qui souffrent ». Plus tard, l’acteur Thierry Lhermitte, qui fut le parrain d’une des éditions du Téléthon aura souligné : « C'est la réalité de la maladie, ça. Quand on est un parrain du Téléthon, qu'on va dans les hôpitaux et qu'on voit la réalité de la maladie, effectivement, le coeur saigne et on donne », a-t-il remarqué.

On pourra également souligner que la critique de Pierre Bergé ne tient pas compte du fait que les fonds collectés grâce au Téléthon bénéficient à de très nombreuses maladies génétiques, face auxquelles, il existe souvent peu de traitement, contrairement au Sida qui bénéficie aujourd’hui d’une prise en charge médicamenteuse réelle.

Le Sidaction n’est pas le Téléthon

Peut-être, plutôt que de se lancer dans cette critique sans frein du Téléthon, Pierre Bergé aurait-il pu en retenir les leçons au moment de mettre en place son Sidaction. Sans doute en effet, comme le remarque Thierry Lhermitte, que ce qu’il dénonce comme de l’exhibition, est la meilleure façon de faire prendre conscience aux Français les réalités de la maladie. Et si nos compatriotes avaient, lors du Sidaction, une juste image des ravages du Sida, en Afrique notamment, peut-être se montreraient-ils plus attentifs à cette cause. Car n’en déplaise à Pierre Bergé, leur générosité n’est pas uniquement captée par le Téléhon. Seuls 5 % de leurs dons y sont consacrés. Il leur reste donc assez de temps et d’argent pour d’autres causes. En outre, comme le grand donateur Pierre Bergé choisit, au-delà de l’impôt qui permet de financer toutes les recherches publiques, de verser une partie de son argent à certaines organisations politiques plutôt qu’à d’autres et à certaines associations plutôt qu’à d’autres, les Français doivent également pouvoir jouir de ce droit de regard sur leurs dons !

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (3)

  • Pour P Bergé

    Le 23 novembre 2009

    Oui, Pierre Bergé a raison.
    La bêtise est plutot dans le jim !

    Philippe Grand

  • Cour des Comptes

    Le 23 novembre 2009

    Dans ce type de polémique, qui détient la vérité ?
    Pour me faire un avis, je suis allé sur le site de la Cour des Comptes, et vous pouvez accéder facilement aux rapports sur l'A.F.M.
    Même si les reproches n'ont rien à voir avec ceux de l'A.R.C, on peut légitimement exiger qu'à l'avenir, cet organisme ait des pratiques moins douteuses et plus transparentes.
    Quant à l'idée, certes généreuse de la Députée U.M.P de la 2ieme circonscription de Nice, accompagnée de 107 députés de son Groupe, de "faire des Téléthons toute l'année pour toutes les Associations", on peut craindre qu'elle ait bien peu d'effets, même si elle permettrait d'apporter à toutes les Associations de Handicapés, des moyens dont elles n'osent même pas rêver; dommage.

    Daniel Monet

  • Bêtise ? Pas si sûre que vous...

    Le 23 novembre 2009

    « Nous engageons des moyens financiers parfois dans de la construction et dans du bâtiment, (…) toujours en lien avec nos missions sociales, guérir et aider ». Elle a à ce titre évoqué la mise en place à Angers de trois appartements destinés à être des « lieux de répit pour les familles ».
    Guérir ?...
    Cette histoire de construction, d'appartements me dépasse. Les dons au téléthon ne sont ils pas fait essentiellement pour la recherche afin de pouvoir un jour guérir ou prévenir cette maladie ? Chercheurs, plateaux techniques et moyens conséquents ?
    Les maisons de parents existent près des hôpitaux pour enfants malades. Pourquoi ne pas investir dans ce type de structure ? En créer d'autres, en agrandir certaines ? Afin que chaque famille d'enfants malades puisse y trouver refuge et soutien ? Myopathie ? Pas seulement... sida, néoplasie, maladie orpheline… Car des locaux "privés myopathies" coûtent et à l'achat et à l'entretien, des moyens que n'auront pas les chercheurs.
    Toutes ces familles, tous ces enfants ont droit aux mêmes égards dans leur souffrance et leur détresse.
    Ca rappelle une méchante histoire de l'ARC.
    Ces conseils d'administration se devraient de donner des chiffres : un livre de compte dans les règles de l'art ! Gains / proratas détaillés des dépenses et investissement .
    Une sorte d'obligation de résultats.
    Car si "grâce à vos dons, la recherche avance", on ne sait pas où elle en est, ce qui est certain c'est qu'elle n'a pas trouvé !
    Bêtise ? Pas si sûre que vous... mais cette polémique va nuire.

    Régine Gilmer, infirmière

Réagir à cet article