Effets majeurs du sulfaméthoxazole sur la flore intestinale des enfants infectés par le VIH

Le traitement par trimethoprime/ sulfaméthoxazole (TMZ) est souvent utilisé chez les enfants immunodéprimés par une chimiothérapie ou une infection à VIH, dans le but de prévenir les infections opportunistes. Ses effets sur la flore intestinale productrice d’acide lactique sont mal connus. Dés la naissance, le tube digestif est colonisé par une flore complexe fermentative, comprenant en particulier les espèces lactobacillus, enterococcus et bifidobacterium. Ces bactéries jouent un rôle important sur le métabolisme des aliments, la production de vitamines et la modulation du système immunitaire.

Des auteurs sud africains ont étudié les effets du traitement par TMZ sur la flore fécale de 100 enfants âgés de 2 mois à 2 ans infectés par le VIH. Les bactéries productrices d’acide lactique ont été identifiées par leurs caractéristiques biochimiques et leurs profils ADN après amplification génique (PCR) et leurs résistances aux antibiotiques ont été établies. Ces bactéries au nombre de 47 n’ont été identifiées que sur 40 échantillons de selles des 100 enfants. Neufs souches appartenaient au genre enterococcus, 32 aux différentes souches de lactobacillus et 6 au genre weissella. En revanche aucune souche de bifidobacterium n’a été isolée. Ce profil diffère de façon majeure des bactéries isolées chez les enfants sains. De surcroît, les souches d’entérocoques isolées n’avaient pas les caractéristiques biochimiques des entérococcus faecalis habituels. Parmi les lactobacillus, aucune souche de L. plantarum, hôte usuel du tube digestif, n’a été isolée. Ces modifications de la flore peuvent être dues au traitement par le TMZ mais aussi à l’inhibition par d’autres espèces bactériennes ou aux modifications du milieu liées à l’infection par le VIH. Toutes les souches à l’exception de 2, étaient sensibles au chloramphénicol et à la streptomycine ; 35 % des isolats étaient résistants à la vancomycine, 50 % aux sulfamides et 66 % au sulfaméthoxazole.

En conclusion, le traitement par TMZ diminue de façon drastique les bactéries productrices d’acide lactique. Les souches résistantes pourraient jouer un rôle probiotique.

Pr Jean-Jacques Baudon

Référence
Dicks LM et coll. : Lactic acid bacteria population in children diagnosed with human immunodeficiency virus. J Paediatr Child Health 2009; 45: 567-72

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article