Grippe A (H1N1) : des centres ouverts le dimanche, mais pas de passage immédiat en phase 6

Paris, le mardi 1er décembre 2009 – Le Président de la République, Nicolas Sarkozy, nous a tant habitué à se confronter à tous les sujets, des plus importants aux plus insignifiants, que son silence face à l’épidémie de grippe A (H1N1), comme face à de nombreuses autres questions concernant la santé, commençait à devenir troublant. Les informations évasives quant à son intention de se faire vacciner, relayées par un ministre de la Santé visiblement pressé d’évoquer d’autres sujets, ne rendaient cette indifférence que plus étonnante.

Enfin, cependant, Nicolas Sarkozy est sorti de sa surprenante réserve ce week-end et aura multiplié les directives à l’intention de ses « collaborateurs ». Plus encore que l’étendue de l’épidémie, ce sont en effet les différents dysfonctionnements de la campagne de vaccination qui semblent avoir poussé le chef d’Etat à intervenir. Il aura notamment plaidé hier pour une ouverture des centres de vaccination « sept jour sur sept ». D’aucuns regretteront sans doute qu’il ait fallu attendre la voix présidentielle pour qu’une idée aussi simple soit proposée, quand d’autres se sentiront soulagés de constater que l’activisme présidentiel a parfois des avantages.

Sans facteur de risque : attention vous risquez de mourir, mais ne venez pas vous faire vacciner !

Le ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a immédiatement annoncé que cette mesure devrait pouvoir être effective à la fin de la semaine. Déjà, en effet, dans certains départements, comme dans l’Hérault, les préfectures ont indiqué que les centres seraient bien ouverts ce dimanche 6 décembre, jour de la Saint Nicolas ! Cependant, l’organisation générale du nouveau dispositif, ainsi que la participation à partir de demain des internes en médecine à la campagne, ont fait l’objet d’une réunion ce midi, sous l’égide du Premier ministre, François Fillon, qui a confirmé que les centres, désormais tous fonctionnels, verraient leurs horaires d’ouverture élargies et seraient bien ouverts le dimanche. S’il est essentiel que les capacités d’accueil des centres soient améliorées, ce n’est pas uniquement pour faire face à l’afflux désordonné observé ces derniers jours et qui devrait être accru avec l’arrivée des jeunes enfants, mais aussi parce que le gouvernement s’est fixé pour objectif de « dépasser les 100 000 vaccinations par jour », comme l’a précisé le directeur général de la Santé (DGS), afin qu’au moins six à sept millions de personnes prioritaires soient protégées d’ici la fin du mois de décembre. Sans doute pour obtenir une plus grande efficacité des centres, faudra-t-il pouvoir compter sur des professionnels de santé plus impliqués. Bien que déjà en conflit avec les syndicats de médecins généralistes, Roselyne Bachelot a en effet assuré hier que la désorganisation de la vaccination était en partie liée « à certains professionnels de santé volontaires ou requis qui ne se présentent pas dans les centres ». On observera par ailleurs que le gouvernement continue à insister sur les ordres de priorité, alors qu’il ne cesse parallèlement de signaler que parmi les nouveaux décès recensés chaque jour, certains concernent des personnes sans aucun facteur de risque.

Niveau 6

Outre l’amélioration du fonctionnement des centres, il a été également question aujourd’hui à Matignon, du passage au niveau 6 du plan d’alerte contre la pandémie. Cette évolution du dispositif avait déjà été évoquée hier par le ministre de la Santé, Roselyne Bachelot. Même si elle ne semble pas devoir être décidée dans l’immédiat, comme l’a précisé Didier Houssin et confirmé aujourd’hui François Fillon, certaines mesures prévues sont observées avec intérêt par le gouvernement, telle la limitation, voire l’interdiction des rassemblements. La phase 6 du plan prévoit en outre une généralisation de l’utilisation des masques de protection. En tout état de cause, le ministre de la Santé a tenu à préciser que le relèvement du niveau d’alerte n’obligeait pas à appliquer scrupuleusement toutes les mesures prévues. 

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article