Antithrombotiques et DMLA : attention au risque d’hémorragies sous-rétiniennes étendues

Des ophtalmologistes allemands se sont interrogés sur l’impact de la prise d’anticoagulants ou d’antiagrégants plaquettaires sur le risque d’hémorragie sous-rétinienne chez les patients atteints de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

Ils ont examiné, rétrospectivement, les données d’une série de cas de DMLA compliquées d’ hémorragies sous-rétiniennes aiguës.

Il s’agissait de 71 patients consécutifs, 25 hommes et 46 femmes, âgés en moyenne de 75,8 ans (50-94 ans). Parmi eux, 28 (39,4 %) avaient reçu un traitement antithrombotique avant l’apparition des hémorragies sous-rétiniennes : anticoagulant (plus de 3 mois durant, avec pour objectif un INR entre 2 et 3) pour 4 d’entre eux, antiagrégant plaquettaire pour les 24 autres (aspirine, à raison de 100 mg/j), aucun n’ayant reçu les deux. Les pathologies associées comprenaient : troubles du rythme, remplacement valvulaire cardiaque, antécédents de maladie thrombo-embolique, de maladie coronarienne ou d’infarctus du myocarde, d’AVC, HTA, diabète, hypercholestérolémie, maladies auto-immunes.

Chez ces patients ayant reçu un traitement anticoagulant ou antiagrégant, les hémorragies étaient globalement significativement de plus grande dimension que pour ceux ne recevant pas ce type de traitement (9,71 aires de disque optique vs 2,99). L’analyse par sous-groupe thérapeutique montre que l’un et l’autre des traitements, anticoagulant (p = 0,003) et antiagrégant plaquettaire (p < 0,0001), étaient associés à des hémorragies significativement plus étendues.

L’HTA, dont la prévalence était de 53 % dans cette population, s’est avérée significativement associée à des hémorragies subrétiniennes plus grandes chez les patients atteints de DMLA recevant des anticoagulants ou des antiagrégants par rapport aux patients hypertendus sans traitement antithrombotique (p < 0,0001).

Après ajustements sur nombre de facteurs potentiels de confusion (dont l’âge, le sexe, le tabagisme, l’existence d’une HTA, d’un diabète, la prise d’anticoagulant ou d’antiagrégant), l’odds ratio pour la taille des hémorragies sous-rétiniennes associées à  la prise de ces traitements était de 7,99 (IC à 95 % 2,49-25,66 ; p = 0,0004).

Cette étude, menée auprès de 71 patients, suggère une relation forte entre la prise chronique d’antiagrégants plaquettaires ou d’anticoagulant, et la taille des hémorragies sous-rétiniennes chez les patients atteints de DMLA, où l’HTA apparaît comme un puissant facteur de risque additionnel. Les médecins amenés à prescrire ces traitements doivent être prévenus de ce risque.

Dr Julie Perrot

Référence
Kuhli-Hattenbach C et coll. : Subretinal hemorrhages associated with age-related macular degeneration in patients receiving anticoagulation or antiplatelet therapy. Am J Ophthalmol, Publication en ligne, 24 novembre 2009.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article