Le cuir détrône le ciment dans l’allergie au chrome !

L’allergie au chrome est une allergie professionnelle classiquement liée au contact avec le ciment. La législation danoise a rendu obligatoire en 1983 l’addition de sulfate de fer au ciment pour réduire la quantité de chrome soluble dans l’eau à moins de 2 ppm. Cette mesure a été efficace avec une baisse de la sensibilisation au chrome chez les ouvriers du bâtiment au Danemark.

Mais le problème n’est pas réglé pour autant car d’autres sources de sensibilisation au chrome persistent. C’est ce que montre une étude rétrospective menée chez les patients testés pour une dermatite au Danemark entre 1985 et 2007.

Les résultats de 16 228 patch-tests ont été analysés puis les dossiers des patients allergiques au chrome ont été examinés.
Une analyse de régression logistique et un test χ2 ont été utilisés pour évaluer les associations et les comparaisons.

La prévalence de l’allergie au chrome a décru de façon significative de 3,6 % en 1985 à 1 % en 1995 (Ptrend < 0,001) pour augmenter de nouveau à 3,3 % en 2007 (Ptrend < 0,001).

Au fil du temps, on retrouvait de moins en moins souvent la notion d’une exposition pertinente au ciment chez les patients allergiques au chrome : on est passé d’un taux de 12,7 % en 1989 à 3 % dans les années 1995-2007 (P < 0,01) alors que la fréquence de l’exposition au cuir augmentait de façon significative : de 24,1 % durant les années 1989-1994 à 45,5 % durant les années 1995-2007 (< 0,02).

L’allergie au chrome augmente donc encore au Danemark. Le coupable n’est plus le ciment mais le cuir.

Le cuir peut en effet être tanné au chrome. C’est un processus plus rapide, moins cher et qui permet d’obtenir un grain plus fin que le tannage végétal. Cependant, les risques d’allergie (sans parler de la pollution des pays en voie de développement) devraient remettre en question ce procédé…

Dr Geneviève Démonet

Référence
Thyssen J et coll. : The prevalence of chromium allergy in Denmark is currently increasing as a result of leather exposure. Br J of Dermatol., 2009; 161 : 1288-1293

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article