Maladie de Parkinson : la suite dépend du début

La maladie de Parkinson idiopathique (MPI) a un pronostic variable d’un sujet à l’autre, mais son évolution est loin d’être bénigne, du fait d’un retentissement fréquent sur les fonctions supérieures, avec en corollaire un risque élevé de démence. Les manifestations cliniques survenant dans les formes débutantes de la maladie pourraient avoir une certaine valeur pronostique, comme en témoignent les résultats d’une étude de cohorte prospective multi-ethnique dans laquelle ont été inclus 573 patients des deux sexes, tous atteints d’une MPI récemment diagnostiquée. Cette cohorte a été constituée en 1994-1995. La durée de la survie a été évaluée jusqu’au 31 décembre 2005.

Une analyse par régression selon le modèle des risques proportionnels de Cox a été appliquée aux variables prédictives suivantes :

1) démographiques : âge au moment du diagnostic, sexe, race /ethnie ;
2) cliniques : symétrie des troubles moteurs, tremblement, instabilité posturale, difficultés de la marche, déclin cognitif, dépression, dysphagie ou encore hallucinations.

Au terme du suivi, 352 décès (61,4 %) ont été dénombrés au sein de cette cohorte. Les variables associées à la mortalité globale, après ajustement en fonction de l’âge, du sexe et de la race/ethnie ont été  les suivantes :

1) âge avancé au moment du diagnostic (risque relatif, RR, 1,10) ;
2) instabilité posturale/marche difficile (RR, 1,80) ;
3) symétrie des troubles moteurs (RR, 2,0) ;
4) déclin cognitif léger (RR, 1,70) ou sévère (RR, 2,70) ;
5) dysphagie (RR, 1,40)
6) hallucinations (RR, 2,10).

Une analyse empirique prédictive a montré que ces variables restaient, pour la plupart, associées à la longueur de la survie. Aucun des autres facteurs étudiés n’a eu d’impact sur le risque de décès.

Certains des troubles moteurs et non moteurs d’emblée présents dans les formes précoces de la MPI sont associés à une augmentation de la mortalité, tout particulièrement l’instabilité posturale, les difficultés de la marche, le déclin cognitif et les hallucinations.

Dr Philippe Tellier

Références
Lo RY et coll. Clinical Features in Early Parkinson Disease and Survival. Arch Neurol. 2009; 66: 1353-1358.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article