BPCO : le plan national menacé

Lundi 21 décembre 2009. A l'occasion du lancement d'une campagne de sensibilisation sur la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), Jean-Claude Roussel, le président de la Fédération française des associations et amicales de malades insuffisants et handicapés respiratoires (FFAAIR), a exprimé son inquiétude face à la baisse d’une prise en charge de certains traitements. La lutte contre la BPCO fait partie des objectifs d’action du premier plan national 2005-2010. En dépit des progrès accomplis, une menace pèserait aujourd’hui sur l'accès au traitement par oxygène liquide et à la réhabilitation respiratoire. Le projet de baisse tarifaire de certains traitements remboursables, actuellement en cours de discussion entre les autorités et les syndicats de prestataires, pourrait conduire à l’augmentation des « prescriptions de l'oxygène gazeux parce qu'il est moins cher », souligne Jean-Claude Roussel. Or, l'oxygène gazeux est délivré par des appareils plus lourds et encombrants que ceux utilisant l'oxygène liquide : il va donc à l’encontre de l'amélioration de la mobilité et de la qualité de vie des patients. « On fait le travail de la Sécurité sociale en triant les bons prestataires et on nous diminue les forfaits » a déploré Mr Roussel, évoquant au passage la charte de prise en charge à domicile initiée par la FFAAIR, puis validée et signée par le ministère de la Santé. Il demande aujourd’hui plus de cohérence entre les objectifs du plan BPCO en faveur d’une meilleure prise en charge des patients et les mesures de maîtrise des coûts.

AC

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article