Nouveau-nés macrosomes : le diabète ne fait pas la différence !

Le devenir immédiat des nouveau-nés macrosomes est quelque peu différent selon qu’ils sont issus d’une mère diabétique ou pas.

Sur environ 7 000 enfants nés vivants en 2003-2005 dans un centre périnatal américain, 14 % (n=305/7 158) pesaient 4 kg ou plus (poids maximum=5,71 kg), quel que fût leur terme.
S. Das et coll. ont revu les dossiers de 303 de ces macrosomes, ainsi que ceux de leurs mères.
Tous étaient des singletons.

Un diabète maternel était affirmé chez 23,5 % d’entre eux (n=41/303) d’après les résultats d’une glycémie 1 heure après une charge de glucose et/ou d’un test d’hyperglycémie provoquée sur 3 heures.

Par comparaison avec les NN de mère diabétique, les NN de mère non diabétiques avaient des mères un peu plus jeunes, et ils étaient nés plus souvent par voie basse (70 % versus 34 % ; p <0,001), à un terme moyen plus avancé (40 vs 38 semaines ; p <0,001).
De plus, un sur deux (49,6 %) ne souffrait d’aucune pathologie et est sortit de l’hôpital avant H72, versus un sur quatre (26,8 %) pour les NN de mère diabétique. Dans le détail, ils présentaient deux fois moins d’hypoglycémie (28 % versus 56 % ; p <0,001) et trois fois moins de troubles respiratoires (9 % vs 29 % ; p=0,001). Mais ils concentraient les paralysies du plexus brachial (n=4/4) et les fractures de la clavicule (n=17/ 18).

Les régressions logistiques montrent que le risque de pathologie néonatale et de séjour prolongé de l’ensemble des NN macrosomes s’élève lorsque l’accouchement avait eu lieu par voie basse et que le poids de naissance était ≥4,5 kg, indépendamment de l’existence ou non d’un diabète maternel.

Si l’on exclut les hypoglycémies, dont la valeur seuil est fixée à 0,50 g/l, les différences de morbidité néonatale entre NN macrosomes de mère diabétique et de mère non diabétique semblent plutôt dépendre de la voie d’accouchement que du statut de la mère. La césarienne évite le traumatisme obstétrical mais favorise les détresses respiratoires.

Cette étude rétrospective ne permet cependant pas d’identifier les diabètes préexistant à la grossesse, ce qui fait que ses conclusions ne sont probablement valables que pour les diabètes gestationnels.

Dr Jean-Marc Retbi

Référence
Das S et coll. : Neonatal outcomes of macrosomic births in diabetic and non-diabetic women. Arch Dis Child Fetal Neonatal Ed 2009 ; 94 : F419-F422.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article