Les meilleurs paramètres respiratoires d'évaluation pour l'insuffisant cardiaque sous bêta-bloquants

Depuis la première publication de 1991, l'estimation des paramètres respiratoires à l'effort est considérée comme utile pour juger du pronostic des patients insuffisants cardiaques (IC) et notamment optimiser les indications de la transplantation cardiaque. Ainsi, un patient dont la consommation maximale en oxygène (VO2 max) est < ou = 14 ml/min/kg est considéré comme devant être transplanté. D'autres paramètres ont été ajoutés à la VO2 max mais la plupart des études ont été réalisées avant l'apparition des ß-bloquants comme traitement de l'IC. Or, ces derniers réduisent significativement la mortalité sans réellement modifier la VO2 max. Il était donc temps de réévaluer ces différents paramètres !

Il a été possible d'examiner les données de 631 patients IC. Le suivi a duré 3,8 ± 1,4 ans au cours duquel 79 décès (13 %) ont été constatés. Ils ont tous bénéficié d'un test d'effort pendant lequel plusieurs paramètres ont été mesurés, trois d'entre eux s’étant révélés les plus prédictifs : le pic de tension artérielle systolique (TAS max), le pic de puissance circulatoire (CP max= VO2 max X TAS max) et la présence d’oscillations ventilatoires à l’effort (OVE). Des OVE détectées chez 42 (7 %) des patients, étaient associées avec le taux de mortalité le plus important (43 % contre 11 %, p<0,001). En analyse multivariée, la TAS max s'est avérée être l'indice de risque le plus pertinent que ce soit dans la population entière ou en ne considérant que la population sans OVE, avec une baisse du risque de 11 % à chaque augmentation de 5 mmHg.

L'ensemble des paramètres traditionnellement recueillis au cours d'un effort cardio-pulmonaires restent pertinents pour prédire le risque des patients IC sous ß-bloquants. Cependant ce sont la TAS max, la CP max et les OVE qui se sont avérées les plus prédictives. La recherche d’OVE s’est avérée très efficace pour stratifier les patients. En leur absence, la TAS max reste la plus pertinente.

Dr Benoît Tyl

Référence
Corra U et coll. Exercise haemodynamic variables rather than ventilatory efficiency indexes contribute to risk assessment in chronic heart failure patients treated with carvedilol. European Heart Journal 2009 30(24):3000-3006

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article