Les effets troublants de la prise régulière d’acide folique et de vitamine B 12

Certaines études épidémiologiques ont récemment attiré l’attention sur l’éventualité d’une association entre la prise d’acide folique et le risque de cancer. L’unanimité est cependant loin d’être faite sur la réalité de ce danger potentiel.  Une analyse a porté sur la combinaison des données de deux essais randomisés menés à double insu contre placebo, réalisés en Norvège, respectivement le Norvegian Vitamin Trial et le Western Norway B Vitamin Intervention Trial.
Au total, 6 837 patients atteints d’une cardiopathie ischémique ont été traités, entre 1998 et 2005 par les vitamines de la série B  et/ou l’acide folique (versus placebo). Le suivi a été assuré jusqu’au 31 décembre 2007. Les associations thérapeutiques suivantes ont été évaluées : 1) acide folique + vitamines B6 + B 12 (n=1708) ; 2) acide folique + vitamine B12 (n=1703) ; 3) vitamine B6 seule (n=1705) ; 4) placebo (n=1721).

Au cours de ces essais thérapeutiques, les concentrations plasmatiques d’acide folique ont été multipliées par six (valeur médiane) dans le groupe traité par ce dernier. Au cours d’un suivi d’une durée médiane de 39 mois et d’une prolongation de la période d’observation de 38 mois après la fin des essais, un  cancer a été diagnostiqué chez 341 participants (10 %) qui ont reçu l’association acide folique + vitamine B12, versus 288 participants qui n’ont pas reçu cette dernière, le risque relatif (RR) correspondant étant estimé à 1,21 (p=0,02).

Ce traitement (acide folique+ vitamine B12) a en outre été associé à une augmentation de la mortalité par cancer, soit n=136 (4 %) versus n=100 (2,9 %) dans le groupe non traité (soit un RR de 1,38 ; p=0,01). En outre, 548 patients sont décédés dans le groupe traité, soit une  mortalité globale toutes causes confondues de 16,1 % versus 13,8 % (n=473) dans le groupe non traité, le RR étant alors de 1,18 (p=0,01). C’est le cancer bronchique qui a été le plus représenté en cas d’exposition à l’association acide folique + vitamine B12. La vitamine B6 n’a eu aucune incidence significative sur les variables précédemment évoquées.

Ces deux essais thérapeutiques combinés objectivent une association significative entre, d’une part,  l’exposition chronique à la vitamine B12 et à l’acide folique, d’autre part le risque de cancer et de mortalité associée à ce dernier. Il en irait de même pour la mortalité toutes causes confondues. Ces résultats troublants ont été observés chez des patients atteints d’une cardiopathie ischémique.

Dr John Sorri

Référence
Ebbing M et coll. Cancer incidence and mortality after treatment with acid folic and vitamin B12. JAMA 2009 ; 302 : 2119-2126.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article