La rasagiline, traitement de fond de la maladie de Parkinson ?

La rasagiline, un nouvel agent antiparkinsonien IMAO-B, a été évaluée dans un essai en double insu chez plus de 1 100 patients naïfs de traitement, qui ont été randomisés pour recevoir 1 ou 2 mg/j pendant 72 semaines (groupe de traitement précoce) ou un placebo pendant 36 semaines puis la rasagiline pendant 36 semaines (groupe de traitement retardé). Dans le groupe de traitement précoce, la rasagiline à la dose de 1 mg/j a permis de ralentir la progression de la maladie : augmentation du score à l’échelle UPDRS de 0,09 ± 0,02 points entre les semaines 12 et 36 versus 0,14 ± 0,01 comparativement au placebo ; moindre aggravation dans le groupe de traitement précoce comparativement au groupe de traitement retardé entre les évaluations initiale et finale.

Curieusement, la rasigiline à la dose de 2 mg n’a pas permis d’obtenir les bénéfices observés à la dose de 1 mg. Pour les auteurs, toutefois, les effets obtenus avec la rasigiline sont compatibles avec ceux d’un traitement de fond de la maladie.

Dr Louis Elgozi

Référence
Olanow CW et coll. : A double-blind, delayed-start trial of rasagiline in Parkinson's disease. N Engl J Med 2009 ; 361 : 1268-78.

Copyright © Len medical, Gerontologie pratique, novembre 2009

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article