Tatouée jusqu’aux ganglions !

Le terme de tatouage vient du polynésien « ta tatau » qui veut dire « marquer quelque chose ».
Une jeune femme de 22 ans est adressée dans une unité de sénologie pour l’exploration d’adénopathies axillaires acquises. L’examen clinique est sans particularité…si l’on excepte de multiples tatouages artistiques et colorés qui occupent l’ensemble du dos, une partie de la région thoracique antérieure et la région sous-ombilicale.

Il est procédé à l’exérèse chirurgicale de l’une des adénopathies : l’examen histologique met en évidence un aspect réactionnel et, surtout, la présence de pigment au sein de cellules à cytoplasme clair dans la région corticale ganglionnaire.

On sait que le tatouage provoque une réaction inflammatoire cutanée plus ou moins marquée avec une réaction macrophagique vis-à-vis du pigment. Le drainage de ce pigment au sein du système lymphatique peut donner le change pour des micro-calcifications lors de mammographies ultérieures !Néanmoins la survenue d’adénopathies réactionnelles après tatouage est exceptionnelle et suffisamment déroutante pour conduire à une chirurgie d’identification. Tatoués et tatoueurs doivent être, à nouveau, mis en garde !

Dr Patrice Plantin

Référence
A Hennedige et coll. : An unusual case of tattoo pigments and systemic lymphadenopathy. Eur J Dermatol 2009; 19: 654-

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article