Le risque d’infection pneumococcique sévère serait accru chez l’atopique

Un risque accru d’infections pneumococciques sévères a été décrit chez les patients asthmatiques. Ce risque pourrait s’étendre aux atopiques non asthmatiques...
C’est ce que suggère une étude menée dans le Minnesota chez des patients atteints d’infections à pneumocoques entre 1964 et 1983. Sur les 3 941 cas recensés, 174 ont été jugés sévères. Des antécédents atopiques ont été recherchés dans les dossiers des patients (dermatite atopique, eczéma, rhinite allergique, rhume des foins).
Deux groupes contrôles ont été constitués avec un appariement pour l’âge et le sexe.
L’association entre une pathologie atopique et l’infection pneumococcique sévère a été évaluée par régression logistique conditionnelle.

Sur les 174 cas, 50,6 % étaient de sexe masculin et 94,3 % étaient « caucasiens ». Les patients étaient âgés en moyenne de 57 ans ± 26,5 (DS).
Vingt-six (14,9 %) malades atteints de pneumococcie sévère et 29 (8,3%) sujets contrôles étaient atopiques.

Les maladies allergiques autres que l’asthme sont apparues associées à une augmentation du risque de pneumococcie sévère (odds ratio, 2,13; IC 95 % : 1,04-4,35 ; p = 0,04) après ajustement pour le tabagisme, les facteurs de risque préexistants (cardiopathie, maladie pulmonaire chronique, insuffisance rénale chronique, diabète, utilisation de corticoïdes, alcoolisme…), niveau d’éducation, origine ethnique.
Cette association reste significative après ajustement pour le statut asthmatique (OR, 2,07; IC 95 % : 1,01-4,25; p = 0,048).

Dix pour cent des pneumococcies sévères pourrait ainsi être attribuées à la présence d’une maladie atopique.
Cependant, si on se limite aux patients adultes, l’association entre atopie et pneumococcie sévère n’atteint pas la significativité statistique. Des études supplémentaires sont donc nécessaires pour confirmer ces observations….

Dr Geneviève Démonet

Référence
Jung J et coll. : Increased risk of serious pneumococcal disease in patients with atopic conditions other than asthma. J Allergy Clin Immunol., 2010, 125 : 217-221

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article