Dysfonction érectile, les artères sont rigides

Certaines études ont montré que le dysfonctionnement érectile (DE) pouvait être considéré comme un marqueur des maladies cardiovasculaires. Il semble d’ailleurs bien que la maladie coronaire et le DE aient en commun quelques facteurs de risque, le DE étant en outre plus sévère quand ces facteurs sont multiples.

Les facteurs de risque cardiovasculaire qualifiés de traditionnels altèrent les structures et les fonctions du système artériel, au point que les grosses artères centrales perdent progressivement leur élasticité et que la rigidité artérielle augmente. Ce stigmate hémodynamique témoigne précocement d’une athérosclérose et mérite d’être pris en compte au moins en tant que facteur pronostique. Plusieurs paramètres permettent d’évaluer la rigidité artérielle, notamment la vélocité de l’onde de pouls (VOP), la pression pulsée (PP) ou encore le rapport (E/Et)  entre la vélocité sanguine à l’entrée de l’anneau mitral (E) et celle au sein de cet anneau en début de diastole (Et), sans oublier le rapport épaisseur intima-média (EIM).

Une étude transversale a inclus 200 patients atteints d’un DE chez lesquels ont été mesurés la VOP, la PP et le rapport E/Et. En analyse linéaire univariée, chacun de ces paramètres a été positivement corrélé à l’âge, à l’ancienneté d’un diabète et à la pression artérielle tant systolique que diastolique. La VOP et le rapport E/Et ont été également positivement corrélés au tour de taille et au nombre des composants du syndrome métabolique.
Une analyse multivariée par régression multiple a révélé que les déterminants de la VOP étaient l’âge, le diabète, l’hypertension artérielle et le syndrome métabolique (SM), indépendamment des autres facteurs de risque ; ceux de la PP étaient l’âge, l’HTA et le SM, et enfin ceux du rapport E/Et, l’âge le SM.

En cas de dysfonctionnement érectile, La VOP, la PP et le rapport E/Et peuvent donc être utilisés en tant que marqueurs hémodynamiques pour identifier les patients qui sont potentiellement menacés par les facteurs de risque cardiovasculaire, notamment le syndrome métabolique et l’obésité.

Dr Philippe Tellier

Référence
Chang ST et coll. : Scrutiny of cardiovascular risk factors by assessing arterial stiffness in erectile dysfunction patients. World Journal of Urology 2009 : publication avancée en ligne le 5 novembre.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article