Dysplasie broncho-pulmonaire et lésions de la substance blanche chez le prématuré : des relations complexes

La co-incidence de la dysplasie broncho-pulmonaire (DBP) et des lésions de la substance blanche (LSB), pourvoyeuses de paralysies cérébrales, est élevée chez les grands prématurés. Ce n’est pas surprenant puisque DBP et LSB ont plusieurs facteurs de risque en commun (à commencer par le terme), mais n’y a-t-il pas aussi un effet direct de la DBP sur les LSB ?

L’étude de L Gagliardi et coll. se base sur une cohorte d’enfants nés avant 32 semaines avec un poids inférieur à 1 500 grammes, et admis en 1999-2002 dans 12 centres périnataux de niveau 3 d’Italie du Nord, pour analyser les relations entre ces deux complications de la grande prématurité.

Parmi les 1 192 enfants de la cohorte ayant atteint le terme de 36 semaines, 192 (15,8 %) avaient une DBP (un supplément d’O2 à 36 semaines) et 88 (7,3 %) des LSB cavitaires (une leucomalacie périventriculaire kystique à l’échographie transfontanellaire).

Le réseau de causalité de la DBP et des LSB a été schématisé de façon à identifier les variables d’intérêt (Directed Acyclic Graphic) et l’association entre la DBP et LSB a été appréciée à l’aide d’équations d’estimation généralisée et de régressions logistiques conditionnelles, ajustées sur le centre périnatal, l’âge gestationnel, la ventilation et d’autres facteurs de confusion potentiels.

Dans l’analyse brute la DBP apparaît comme un facteur de risque important des LSB : le besoin d’O2 à 36 semaines multiplie par 6 le risque de LSB cavitaires (Odds Ratio brut= 5,9 ; Intervalle de Confiance 95 % : 3,8-9,3).

A l’issue d’ajustements successifs, son influence apparaît nettement moindre. L’Odds Ratio descend à 3,9 quand on tient compte de l’âge gestationnel ; à 2,72 quand on rajoute des facteurs de gravité périnataux ; et pour finir à 2,2 (IC 95 % : 1,2-4,0 ; p <0,02) quand on rajoute la ventilation assistée. Les autres facteurs de risque postnataux ne modifient pas l’Odds Ratio.

En dehors de la DBP, les LSB cavitaires reconnaissent comme facteurs de risque dans cette étude, un jeune âge gestationnel, un score d’Apgar bas, un score de gravité (CRIB) élevé, la ventilation assistée et un sepsis néonatal précoce, et comme facteurs de protection une corticothérapie anténatale, un retard de croissance intra-utérin et l’administration de surfactant.

Si l’on accepte la méthodologie des auteurs, ces résultats suggèrent que la DBP comporte un risque accru de LSB, mais que la plus grande partie de l’association entre DBP et LSB est due à un partage des mêmes facteurs de risque et mécanismes pathogènes.

Dr Jean-Marc Retbi

Référence
Gagliardi L et coll. : Bronchopulmonary dysplasia and brain white matter damage in the preterm infant : a complex relationship. Paediatr Perinat Epid 2009 ; 23 : 582-590

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article