Les obèses devront-ils payer un deuxième billet quand leur avion est complet ?

Paris, le mercredi 20 janvier 2010 – Depuis quelques années, de façon plus ou moins directe, les compagnies aériennes du monde entier attirent l’attention sur les difficultés engendrées par le transport des personnes présentant un important surpoids. Cette question avait même été l’objet en 2004 d’une enquête menée par le Centre de contrôle de prévention des maladies américain (CDC), destinée à évaluer le poids moyen d’un passager américain. Il était apparu que celui-ci atteignait 86,6 kilos pour les hommes et 74,5 kilos pour les femmes en 2002 et qu’une augmentation de cinq kilos avait pu être constatée entre 1990 et 2000. L’étude soulignait que cette progression n’était pas exempte de conséquences économiques estimées à 275 millions de dollars par an pour les compagnies américaines. Cette augmentation est expliquée par la nécessité d’utiliser des millions de litres de kérosène supplémentaires.

Obligation ou pas ?

Cet argument n’est pas le seul invoqué par les compagnies aériennes qui sont nombreuses à tenter de faire payer deux billets d’avion aux personnes qui, en raison de leur obésité, doivent disposer de deux places. Elles font remarquer que cette double occupation représente un manque à gagner, mais soulignent qu’elles ne peuvent refuser la mobilisation de deux sièges pour des raisons de sécurité. L’utilisation de deux fauteuils n’est en effet pas seulement rendue nécessaire pour des questions de confort mais également pour permettre la fermeture optimale des ceintures de sécurité. Cette notion est d’ailleurs aujourd’hui celle mise en avant par la société Air France/KLM pour justifier l’adoption, non pas d’un nouveau règlement, mais d’une nouvelle politique commerciale. Elle indique que les passagers ne pouvant se contenter d’un seul siège en raison de leur poids seront très fortement incités (à défaut d’être obligés) à payer, en plus de leur billet d’avion, un second siège moins cher de 25 % (une réduction qui jusque alors pouvait aller jusqu’à 33 %). Ce deuxième billet, et cela constitue une nouveauté, leur sera cependant intégralement remboursé en cas de vol non complet. Pour expliquer cette décision qui pourrait s’appliquer pour tous voyages achetés à partir du 1er février et pour tous les vols à compter du 1er avril, la porte-parole de la compagnie aérienne, Monique Matze explique : « Nous devons nous assurer que le dossier puisse bouger librement en avant et en arrière et que tous les passagers soient bien attachés avec une ceinture de sécurité ». La direction d’Air France se montre cependant très prudente sur ce sujet, car après avoir présenté ce dispositif comme obligatoire, elle dément aujourd’hui que tel sera le cas.

Les compagnies américaines ont tranché

Cependant, cette annonce, qui devrait sans doute occuper ce soir la une des journaux télévisés, a provoqué la colère des associations de défenses des personnes souffrant de surpoids et d’obésité. La présidente de l’association Allegro Fortissimo a ainsi dénoncé une mesure « discriminatoire » et a rappelé qu’aujourd’hui alors que prévaut la règle du cas par cas, les situations dans lesquelles un deuxième billet est finalement acheté sont « extrêmement rares ». L’organisation réclame quoi qu’il en soit que ce second fauteuil soit gratuit. La polémique qui renaît aujourd’hui en France a déjà atteint de nombreux pays et notamment le Canada, où la Cour suprême avait choisi fin 2008 d’interdire de telles pratiques. Certaines sociétés avaient cependant contre-attaqué en exigeant des passagers obèses (et handicapés) qu’ils présentent un certificat médical justifiant l’utilisation de deux fauteuils. Aux Etats-Unis, la situation est différente : United Airlines, Delta ou Continental Airlines imposent l’achat d’un deuxième billet.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (12)

  • Deuxième billet d'avion pour les obèses

    Le 20 janvier 2010

    Pourquoi ce deuxième siège devrait-il être gratuit?
    La deuxième portion de frites l'est-elle sous pretexte qu'ils ont besoin de manger plus que les non-obèses ?

    Bernard Morardet

  • Un société de victimes

    Le 20 janvier 2010

    Une fois de plus d'un côté une société qui fonctionne sur la responsabilité: vous êtes obèse vous assumez. De l'autre une société de victimes: vous êtes obèse ce n'est pas de votre faute on s'occupe de tout.
    Rendez-vous dans quelques dizaines d'années.

    BG

  • Pas "du social"...

    Le 20 janvier 2010

    Pourquoi ne paieraient-ils pas plus ? Sous quel prétexte ?
    C'est incroyable, ça ! Il faut bien acheter deux places quand on est handicapé et que la jambe ne "peut être casée" normalement !
    C'est du commerce avant tout et non "du social"...

    Marie Bézu

Voir toutes les réactions (12)

Réagir à cet article