Insuffisance cardiaque : il est bon de traiter les apnées obstructives du sommeil pendant l’hospitalisation

Chez les patients non hospitalisés, atteints d’une insuffisance cardiaque avec dysfonctionnement systolique, il a été établi que le traitement des apnées obstructives du sommeil (AOS) avait un effet bénéfique sur la fonction ventriculaire. Qu’en est-il quand les mêmes patients sont hospitalisés du fait d’une décompensation de leur insuffisance cardiaque? Le diagnostic et le traitement immédiat des AOS ont-ils un impact favorable sur le pronostic fonctionnel, voire vital? C’est à ces questions que répond un essai randomisé pilote dans lequel ont été inclus 46 patients atteints d’une insuffisance cardiaque décompensée (ICD) justifiant l’hospitalisation en urgence. Une étude du sommeil a été systématiquement réalisée dans les deux jours qui ont suivi l’admission. Dans tous les cas, celle-ci a mis en évidence des ASO, l’index d’apnées et d’hypopnées  (IAH)  étant en effet ≥ 15 évènements par heure). Deux groupes ont été constitués, avec dans l’un le seul traitement classique de l’ICD (n=23) et dans l’autre, en plus de ce dernier, l’instauration d’une ventilation spontanée en pression positive continue au masque (CPAP, continuous positive  airways pressure), en l’occurrence auto-ajustable (n=23). Le seul critère d’efficacité a été la valeur de la fraction d’éjection ventriculaire gauche (FEVG) trois nuits après la randomisation.  

Une augmentation significative de la FEVG (+ 4,6 %  en valeur absolue; p=0,03) a été mise en évidence par rapport à l’état basal, uniquement dans le groupe CPAP. La comparaison intergroupe, pour sa part, a objectivé une élévation de la FEVG de 4,5+/-1,7 % sous l’effet de la CPAP versus - 0,3+/-1,5 % dans l’autre groupe. Cette différence a subsisté même après ajustement en fonction des variables suivantes: type de cardiomyopathie, indice de masse corporelle, IAH et sexe.

Le traitement des AOS, chez les patients hospitalisés du fait d’une insuffisance cardiaque décompensée, serait à même d’améliorer la fonction systolique du VG. Cette intervention thérapeutique qui repose sur la CPAP est tout à fait faisable. Il faut démontrer qu’elle apporte un plus en termes de rapport coût/efficacité, certes au cours du séjour hospitalier, mais aussi par la suite après la sortie de l’hôpital.

Dr Philippe Tellier

Référence
Khayat RN et coll. : In-Hospital Treatment of Obstructive Sleep Apnea During Decompensation of Heart Failure. Chest 2009; 136:991-997.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article