Le squelette foetal. Indication de l’échographie 3D et du scanner

J.-M. LEVAILLANT, M. MABILLE,

CPDP, Clamart

 

Échographie 3D et scanner 3D permettent une observation minutieuse du squelette foetal. Ces deux techniques ont chacune des indications spécifiques et une grande complémentarité. Voici en images notre point de vue de l’utilisation de ces nouvelles techniques d’investigation osseuse.

L’échographie 3D

Pour quels signes d’appels ?

  Anomalie biométrique d’un os long.
  Anomalie morphologique d’un os long.
  Anomalie morphologique squelettique
: face, rachis, etc.
  Nécessité d’une approche volumique.
  Importance du diagnostic pour pouvoir donner un pronostic.

Champ d’application au squelette

  Échographie 3D « mode squelette ».
  Reconstructions multiplanaires.
  Mode de reconstruction volumique Écho 4D
« mode squelette » qui remplace avantageusement le 2D par une visualisation rapide de l’ensemble du squelette foetal.
  Association alternative des surfaçages peau/os. L’échographie 3D-4D permet un examen précis de structures osseuses mal visualisées en 2D : sutures, clavicules, omoplates, ilion et bassin (figures 1 à 7).

Figure 1. Suture métopique normale. Figure 2. Sténose . Figure 3. Rachis normal.
Figure 4. Clavicule normale.

  

Figures 5 et 6. Dysplasie cléïdo-crâniale - pas de clavicule.
Figure 7. Plan d’acquisition et restitution de la région d’intérêt.
Profil facial en mode maximum.

Le scanner

Pour quel foetus ?

  Diagnostic de maladie osseuse constitutionnelle (MOC) de diagnostic anténatal difficile :

immaturité squelettique ;
description échographique prénatale vs radiologique postnatale ;
nécessité d’une approche volumique. Importance du diagnostic pour pouvoir donner un pronostic.

Indications validées par les radiopédiatres membres du Groupe radiopédiatrique de recherche en imagerie foetale (GRRIF)

Pas d’indication pour les RCIU sans déformation osseuse, sauf brièveté osseuse majeure (> 1 mois de décalage).
Peu d’indication avant 25 SA (difficultés diagnostiques, cas urgents), pas d’indication avant 22 SA (figures 8 à 10).

Figures 8 à 10. Évolution de la minéralisation du squelette foetal entre 22 et 26 SA. 

Anomalie de morphologie osseuse ± de croissance, notamment si incertitude à l’issue de l’échographie 2D et 3D. Recommandé +++ au 3e trimestre (bonne minéralisation, échographie limitée [figures 12 à 15] ).

Figures 11 à 15. Évolution de la minéralisation du squelette foetal entre 28 et 36 SA.

Étude de structures osseuses complexes (bassin, rachis, pôle céphalique), étude des proportions du squelette foetal.

Indications sur décision d’un centre multidisciplinaire de diagnostic anténatal

Paramètres variables et limites de l’examen

Développement osseux du foetus :
taille des os,

Figure 16. Étude en coupes
fines,  en MIP et en VR.
 

minéralisation :

  épiphyses non visibles,
  pas de quantification précise visible.

Pas d’analyse des parties molles.
Mouvements foetaux (jeune foetus ++) à l’origine d’artefacts.
Poids de la patiente.

Protocole

  Scanner multidétecteur (16 à 256 actuellement) 100 Kv-120 Kv 100-120 mAs.
  CTDI (index de dose scanogrpahique) : mère environ 5 mGy et foetus environ 3 mGy.
  Pas de topogramme si possible (mesure de la hauteur utérine).
  Une hélice sans injection, couvrant tout l’utérus (+ bassin si besoin d’une pelvimétrie).
  Pas de sédation.

 Figures 17 et 18. Exstrophie vésicale en échographie.

  Apnée maternelle (environ 5-6 s) ± hyperventilation avant acquisition.
  Réitération si artefact de mouvement gênant le diagnostic.

Post-traitement

  Suppression du squelette maternel.
  Isolement du squelette foetal.
  Étude multiplanaire en coupes fines et en MIP (Projection d’intensité maximale), étude en rendu volumique (RV) (figure 16).

Compte-rendu

  Corrélation au terme +++.

Biométrie (BIP, PC, fémur, humérus).
Estimation de l’âge osseux foetal.
Estimation de la minéralisation (comparaison).
Forme.

Exstrophie vésicale en échographie (figures 17 et 18).

Exstrophie vésicale en scanographie : étude du pelvis osseux : diastasis interpubien (figures 19 à 22).

  Figures 19 à 22.
Étude du pelvis osseux : diastasis interpubien en MIP et en VR vs normal (fig. 20).

Grille de compte-rendu type (GRRIF) (figure 23).


Figures 23. Grille de compte-rendu type (GRRIF). 

Fente unilatérale de découverte tardive à 36 SA : aide au bilan chirurgical (figures 24 et 25).

Figures 24 et 25.
Fente unilatérale de découverte tardive à 36 SA :  aide au bilan chirurgical.
Échographie 3D et coupes MIP scanographiques.
 

Copyright © Len medical, Gynecologie pratique, décembre 2009

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article