Angioplasties coronaires : la voie radiale n’aurait que des avantages

Depuis la première série publiée en 1993, les angioplasties coronaires par voie radiale se sont largement banalisées. Il a été assez bien montré que cette voie permet d’écourter l’hospitalisation par une réduction du risque hémorragique local.

Afin de mieux cerner les avantages de cette voie d’abord, un groupe franco-hongrois a compilé les résultats d’une douzaine d’études rassemblant quelque 3 300 patients ayant bénéficié d’une angioplastie coronaire dans le contexte d’un syndrome coronaire aigu avec sus décalage du segment ST (n : 3 324).

Il ressort des analyses que, comparativement à la voie fémorale, la voie radiale est associée à un risque nettement moindre d’événements hémorragiques majeurs (0,77 % versus 2,61 % ; odds ratio [OD] : 0,30 ; intervalle de confiance à 95 % [IC] : 0,16-0,55 ; p : 0,0001).

Sur le critère composite combinant décès, infarctus du myocarde et accidents vasculaires cérébraux, les résultats sont également nettement en faveur de la voie radiale (3,65 % versus 6,55 % ; OR : 0,56 ; IC : 0,39-0,79 ; p : 0,001). Concernant la mortalité, les résultats ne sont pas moins convaincants (2,04 % avec la voie radiale versus 3,06 % avec la voie fémorale ; OR : 0,54 ; IC : 0,33-0,86 ; p : 0,01).

Cette méta-analyse suggère donc que la voie radiale est associée à un risque réduit, non seulement d’événements hémorragiques, mais également d’événements cliniques majeurs.

Elle n’est cependant pas dénuée de faiblesses. En particulier, elle combine des études, parfois en double aveugle, mais aussi souvent en ouvert voire rétrospectives, avec surtout des critères de non inclusion destinés à écarter de l’analyse, par exemple, des cas nécessitant absolument la voie fémorale…

A confirmer donc.

Docteur Olivier Meillard

Référence
Vorobcsuk A et coll. : Transradial versus transfemoral percutaneous coronary intervention in acute myocardial infarction: systematic overview and meta-analysis Am Heart J., 2009; 158:814-21

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Préparer l'accès fémoral

    Le 28 janvier 2010

    Certes, la voie radiale cumule plusieurs avantages importants sur le plan iatrogénique mais le problème le plus fréquent est... L'étroitesse du vaisseau ! Qui oblige à se rabattre sur la fémorale dont on prépare systématiquement l'accès à chaque coronarographie.

    Claude Lamy

  • Plus réservé en terme de diagnostic

    Le 06 février 2010

    Tout à fait d'accord pour adopter cette voie pour les SCA en particulier en raison de l'environnement pharmacologique.
    Mais je reste plus réservé en terme de diagnostic où je dispose de plus d'incidences par voie fémorale et où, plus à mon habitude, et donc plus à mon aise, j'irradie moins.

    Dr Bernard Carette (Reims)

Réagir à cet article