Quel délai, en France, pour la prise en charge d’une polyarthrite par un rhumatologue ?

Les recommandations de l’EULAR (Européan League against Rheumatism) préconisent, dans le cadre d’une prise en charge optimale des polyarthrites récentes, l’accès rapide (délai inférieur à six semaines) à un avis spécialisé dispensé par un rhumatologue.

Les auteurs de cette étude ont exploité les données issues de la cohorte française ESPOIR (Etude et suivi des polyarthrites indifférenciées récentes, possiblement rhumatoïdes) afin d’évaluer sur ce point les modalités de la prise en charge française.

Huit cent treize patients atteints de polyarthrite récente ont été inclus dans cette cohorte entre les années 2002 et 2005. Les critères d’inclusion étaient les suivants : patient(e)s âgés de 18 à 70 ans, inflammation synoviale touchant deux sites articulaires ou plus, durée d’évolution des symptômes supérieure à six semaines et inférieure à six mois.

Le délai d’obtention de l’avis spécialisé a été défini par le temps écoulé entre l’apparition de la première synovite et la date de première consultation avec le rhumatologue.

Le délai moyen d’accession au rhumatologue a été de 76 jours et 46,2 % des patients ont été examinés par un rhumatologue dans les délais préconisés par l’EULAR. Le délai a été plus court pour les patients ayant d’emblée consulté en rhumatologie (délai moyen : 58 jours) que pour ceux ayant d’abord consulté leur médecin généraliste (délai moyen : 78 jours) (p< 0,0007) ; en considérant ces deux sous groupes de patients, il a été observé que 57,2 % et 44,5 % d’entre eux respectivement ont finalement disposé d’un avis spécialisé dans les délais conformes aux recommandations européennes.

Une analyse multivariée a confirmé l’impact significatif qu’ont représenté l’accès indirect au spécialiste d’une part, et la densité médicale de la région dont était issu le patient d’autre part, sur le délai moyen d’accès à une première consultation spécialisée.

Cette étude permet donc de mettre en évidence la disparité de prise en charge des polyarthrites récentes sur le territoire français Les auteurs soulignent la nécessité d’améliorer les connaissances des professionnels de santé vis à vis des polyarthrites récentes  afin d’optimiser la prise en charge de ces patients.

Dr Cécile Borget

Référence
Fautrel B et coll. Early referral to the rheumatologist for early arthritis patients: evidence for suboptimal care. Results from the ESPOIR cohort. Rheumatology 2010 49: 147-155

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article