BPCO sévère : la mortalité est plus élevée chez la femme

L’incidence de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) augmente rapidement chez la femme sous l’effet d’un tabagisme chronique de plus en plus répandu dans le sexe féminin. La maladie, dans ses formes les plus sévères, a-t-elle la même évolution, les mêmes complications et le même pronostic dans les deux sexes ? Les données épidémiologiques sur ce point sont largement insuffisantes.

Une étude de cohorte prospective de grande envergure, réalisée en Suède, a inclus 7 646 patients (dont 4 033 femmes) tous atteints d’une BPCO sévère. Dans tous les cas, une oxygénothérapie continue (OTC) à faible débit a été débutée entre le 1er janvier 1987 et le 31 décembre 2004. Les causes de décès ont été recueillies et identifiées en fonction des données du registre national suédois. La mortalité a été comparée à celle de la population générale du pays et le résultat de cette comparaison a été exprimée sous la forme d’un paramètre classique, en l’occurrence les rapports de mortalité standardisés (RMS).

La durée médiane du suivi a été de 1,7 années (extrêmes, 0-18). Aucun patient n’a été perdu de vue, ce qui est rare dans une telle cohorte. Au terme du suivi, 5 448 patients étaient décédés, dont 2 745 femme. Chez ces dernières, le RMS global s’est avéré plus élevé, soit 12,0 (IC 95 %, 11,6-12,5) vs 7,4 (IC, 7,1-7,6) pour les hommes.

Il en a été de même pour les décès imputables :

1) à la maladie respiratoire, soit un RMS de 127,9 (IC 95 %, 122,4-133,6) chez les femmes vs 66,0 (IC 95%, 63,1-69,0) chez les hommes ;
2) au cancer : RMS 3,5 (3,0-3,9) vs 2,2 (1,9-2,5) ;
3) à la maladie cardiovasculaire : RMS 3,7 (3,3-4,1) vs 2,5 (2,3-2,7).

En bref, les formes sévères de la BPCO, justiciables d’une OTC au long cours seraient associées à une mortalité plus élevée chez la femme, tant globale que liée à une cause précise, comme la maladie respiratoire ou encore la maladie cardiovasculaire.

Dr Philippe Tellier

Référence
Ekström M et coll. : Increased relative mortality in women with severe oxygen-dependent COPD. Chest 2010; 137: 31-36.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article