Dans l’adréno-leucodystrophie, le traitement par lovastatine est désormais caduc

Les patients atteints d’adrénoleucodystrophie liée à l’X ont une surcharge tissulaire en acides gras à très longue chaîne (AGTLC) dont la mise en évidence dans les dosages biologiques confirme le diagnostic. Quelques articles avaient rapporté un effet de la lovastatine sur la réduction du taux d’AGTLC chez des patients atteints de cette affection. D’autres études réalisées avec la lovastatine chez l’animal ou avec la simvastatine chez l’homme n’avaient pas retrouvé cet effet encourageant. Cependant, la lovastatine est « largement » prescrite dans cette pathologie.

Prouver l’effet bénéfique de la lovastatine

Une étude randomisée versus placebo et en cross-over réalisée sur 14 patient avait pour but d’évaluer les effets biochimiques in vivo de 40 mg/j de lovastatine et de servir d’étude pilote à une éventuel essai de grande envergure.

Les dosages mesuraient les taux d’acide hexacosanoïque (C26:0), d’acide tétracosanoïque (C24:0), d’acide oléïque (C18:0) dans le plasma, les LDL, les lymphocytes et les érythrocytes et le taux de LDL-cholestérol après 8 et 22 semaines de traitement.

Des résultats décevants

Une diminution significative du LDL-cholestérol était enregistrée à 8 semaines (- 1,44 mm/L) et à 22 semaines (- 1,35 mm/L).
Une diminution de l’acide hexacosanoïque (- 0,39 microm/L) et de l’acide tétracosanoïque (- 14,2 microm/L) dans le plasma était notée à 8 semaines. A 22 semaines, la réduction du taux de C26:0 n’était plus significative. Quant à l’acide oléïque, une baisse de – 0,38mm/l était enregistrée à 8 semaines et de – 0,44 mm/l à 22 semaines. Les dosages dans les érythrocytes, les lymphocytes, les LDL n’ont pas mis en évidence de changement avant et après traitement par la lovastatine.

La lovastatine a permis une légère diminution des taux de C24:0 et de C26:0 dans le plasma, qui peut être considérée comme un résultat non spécifique de la réduction de LDL-cholestérol. Une toute petite fraction des AGTLC est liée à l’albumine, la majorité est transportée dans les LDL sous forme d’esters de cholestérol. Ceci explique que le taux de C18:0 soit également réduit et qu’il n’y ait aucune efficacité démontrée sur le taux de C26:0 dans les lymphocytes, les érythrocytes et les LDL.

Ces résultats ne permettent pas d’envisager une suite à ce développement notamment en clinique. La lovastatine ne devrait plus être prescrite dans le but de faire baisser le taux des AGTLC chez les patients atteints d’adrénoleucodystrophie.

Dr Reine Noël

Référence
Engelen M et coll. Lovastatine in X-linked adrenoleukodystrophy. N Engl J med 2010 ; 362 (3) : 276-7

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article