La cytologie en couche mince améliore-t-elle le dépistage du cancer du col ?

La cytologie en couche mince a été développée pour améliorer les performances de l’examen cytologique de dépistage des néoplasies intraépithéliales du col utérin (CIN). Cette vaste étude réalisée aux Pays-Bas compare cette modalité de dépistage à la cytologie conventionnelle chez 49 222 patientes assignées au groupe de cytologie en base liquide et 40 562 patientes dépistées par la méthode de Papanicolaou. Les critères de jugement étaient les taux de détection et les valeurs prédictives positives dans les CIN histologiquement vérifiés, obtenus avec les deux méthodes. Le rapport de taux de détection a été de 1,01 pour les CIN1+, de 1 pour les CIN2+, de 1,05 pour les CIN3+ et de 1,69 pour l’adénocarcinome. Il n’a pas non plus été montré d’amélioration des valeurs prédictives positives avec la cytologie en couche mince. Au total, il ne semble pas que la cytologie en couche mince présente de meilleures performances comparativement à la classique méthode de Papanicolaou pour détecter les stades précoces du cancer du col.

Dr M.Deker

Référence
Siebers AG. et coll. : Comparison of liquid-based cytology with conventional cytology for detection of cervical cancer precursors: a randomized controlled trial. JAMA 2009 ; 302 : 1757-64.

Copyright © Len medical, Gynecologie pratique, décembre 2009

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article