De l’influence du type de lait sur la taille des organes génitaux

Des investigations par échographie ont été conduites aux USA dans le but de savoir s’il existe des différences de taille des organes sensibles aux hormones en fonction du lait utilisé chez les nourrissons. Cette question s’est posée en raison de la consommation notable de laits de soja qui concerne 20 % des nourrissons sous lait artificiel. Or le soja contient des isoflavones à effet œstrogénique potentiel qui ont, chez les rongeurs, une action sur la glande mammaire et l’utérus. Pour en savoir plus, les chercheurs américains ont comparé 3 groupes de filles et garçons âgés de 4 mois, nés à terme, sans facteurs qui auraient pu influencer la taille des mamelons et des organes génitaux.

Le premier groupe de 20 filles et 20 garçons a reçu une alimentation maternelle exclusive (LM), le second de 23 filles et 18 garçons une formule à base de lait de vache (LV) et le dernier de 20 filles et 19 garçons une formule à base de soja (FS). Les échographies ont permis de mesurer précisément la taille des bourgeons mammaires, de la prostate, des ovaires et de l’utérus en faisant la moyenne de 3 mesures pour chaque organe, l’investigateur ne connaissant pas le régime. De plus, la forme de l’utérus et l’aspect de l’endomètre de même que le nombre de microkystes ovariens visibles ont été étudiés. Les paramètres anthropométriques étaient comparables dans les 3 groupes.

Chez les filles, aucune différence entre les groupes n’a été notée dans la taille des bourgeons mammaires, le volume ou la hauteur utérine, sa forme ou l’aspect de l’endomètre. Cependant, les filles sous LV avaient un volume ovarien moyen supérieur (p<0,05) à celui des filles sous LM alors qu’aucune différence n’a été notée sous soja. Les ovaires contenaient au moins un microkyste sans différence de  taille des kystes selon les groupes. Cependant, les filles sous LV et FS avaient un plus grand nombre moyen (p<001) de microkystes par ovaire que les enfants au sein.

Chez les garçons, aucune différence entre les groupes n’a été notée dans la taille des bourgeons mammaires ni du volume prostatique. Le volume testiculaire moyen était comparable sous LV et FS mais inférieur à celui des garçons nourris par leur mère (encore une supériorité du lait de mère !). Tous ces résultats n’étaient pas modifiés après analyse en fonction des paramètres anthropométriques.

A noter que les volumes des organes en échographie restaient dans les normes publiées, même s’il était noté de petites différences selon le mode nutritionnel.

Pr Jean-Jacques Baudon

Référence
Gilchrist JM et coll. : Ultrasonographic patterns of reproductive organs in infants fed soy formula: comparisons to infants fed breast milk and milk formula. J Pediatr 2010;156:215-20

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article