Une nouvelle classe thérapeutique dans le diabète de type 2 : les inhibiteurs du transporteur rénal de glucose

Le cotransporteur de glucose sodium-dépendant de type 2 (SGLT2) est exprimé dans le tube proximal du rein et est responsable d’environ 90 % de la réabsorption tubulaire du glucose. L’absence génétique de SGLT2 résulte en une glycosurie familiale bénigne. Ainsi, des molécules pharmacologiques capables de bloquer SGLT2 sont en cours d’étude dans le traitement du diabète de type 2. A partir d’une recherche bibliographique sur Pubmed, les auteurs ont identifié tous les articles portant sur la physiologie du SGLT2 ainsi que les études expérimentales précliniques et cliniques effectuées avec des inhibiteurs du SGLT2.
SGLT2 est presque exclusivement exprimé dans les tubules proximaux du rein.

Les études précliniques avec des inhibiteurs du SGLT2 spécifiques montrent qu’ils entraînent une glycosurie dose-dépendante et abaissent la glycémie dans des modèles de diabète de type 2. Les études cliniques préliminaires sur trois mois montrent une baisse de l’HbA1c dose-dépendante de 0,9 % avec une perte de poids modeste. Les effets indésirables comprennent une augmentation des infections mycosiques génitales comparé au placebo, une augmentation du volume urinaire (de 300 à 400 ml/24 heures).

Ainsi, les inhibiteurs de SGLT2 montrent des résultats prometteurs comme traitement adjuvant parmi les options thérapeutiques actuelles dans le diabète de type 2. Les résultats des études cliniques de phase III en cours sont attendus et détermineront si le ratio bénéfice-risque de cette nouvelle classe thérapeutique permettra d’obtenir l’autorisation de mise sur le marché.

Dr Stéphanie Girard

Référence
Nair S et coll. : Sodium glucose transporter 2 inhibitors as a new treatment for diabetes mellitus. J Clin Endocrinol Metab 2010;95:34-42.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Question sur la calciurie

    Le 21 février 2010

    Ne va t'on pas induire une hypercalciurie ?

    Dr Marie-Laure Sari-Leret

Réagir à cet article