L’ordinateur pour améliorer les troubles cognitifs dans la schizophrénie

On connaît l’importance des troubles cognitifs pour le pronostic fonctionnel de la schizophrénie. Dans cette affection, il existe par exemple un déficit de la mémoire épisodique concernant à la fois la mémoire verbale et la mémoire visuelle. Comme son nom le suggère, la remédiation cognitive [1] vise à limiter ces déficits cognitifs. Cette méthode semble notamment utile en matière de compétences et de réinsertion sociale. Elle consiste dans la pratique d’une rééducation régulière, sous la forme d’exercices visant à accroître certaines capacités intellectuelles : attention, mémoire épisodique, langage, vitesse d’exécution, etc.

Outre-Atlantique, la remédiation cognitive suscite désormais un engouement croissant dans l’approche de la schizophrénie. Dans cette mouvance (propre à hérisser les cheveux d’un psychanalyste chauve !), une étude conduite à Baltimore (Maryland) s’intéresse à l’efficacité des techniques de remédiation cognitive assistée par ordinateur (RCAO) dans la schizophrénie. Elle porte sur 61 personnes (34 dans le groupe RCAO et 27 sujets-contrôles). Ciblée sur le soutien, l’entraînement progressif et la pratique de performances courantes, cette remédiation cognitive à l’intention de patients schizophrènes (ou atteints de troubles schizo-affectifs) s’est révélée efficace pour améliorer de façon significative les performances dans les exercices sur ordinateur (environ 8 fois sur 10). Mais les avantages de cet entraînement ne semblent pas, estiment les auteurs, « généralisables à un domaine plus large de paramètres neuropsychologiques ni de résultats fonctionnels ». L’efficacité de cette approche thérapeutique RCAO demeure donc en définitive plutôt mitigée. Ce qui devrait sans doute ravir notre psychanalyste chauve !

[1] http://fr.wikipedia.org/wiki/Rem%C3%A9diation_cognitive

Dr Alain Cohen

Références
Dickinson D et coll. : A randomized, controlled trial of computer-assisted cognitive remediation for schizophrenia. Am J of Psychiatry 2010; 167-2 : 170-180.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir à cet article

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.