« Assistants sexuels » pour les handicapés : Roselyne Bachelot confirme son opposition

Paris, le mardi 18 janvier 2011 – Au-delà du soutien que l’on peut accorder ou non à l’idée de voir se créer en France un statut « d’aidant sexuel » aux personnes handicapées, la formulation de Roselyne Bachelot avait choqué. Le 6 janvier, le ministre de la Solidarité était interrogé au sujet de ce projet dans l’air du temps, à l’heure où le député UMP Jean-François Chossy prépare une proposition de loi favorable à la reconnaissance de ces assistants sexuels (qui existent dans plusieurs pays européens). « J’y suis rigoureusement, formellement, totalement opposée » avait-elle martelé avant de demander : « Vous pensez que la ministre en charge des droits des femmes va soutenir un truc pareil ? ». Le recours à cette expression aura suscité une certaine émotion au sein des associations de défense des handicapés qui considèrent que leur solitude affective et sexuelle ne peut être traitée de façon aussi légère. Elles avaient en outre rappelé que les femmes handicapées elles aussi peuvent souhaiter recourir aux « soins » (ou aux services ?) de tels aidants. Entendant peut-être ces critiques, Roselyne Bachelot s’est montrée plus mesurée hier mais sans changer de position. A l’occasion de la présentation de ses vœux, tandis qu’un journaliste du magazine « Faire Face » dédié au monde du handicap évoquait un possible revirement de sa part, elle a coupé court en répondant : « Je ne crois pas ».

Défaut d’inclusion !

Le secrétaire d’Etat aux personnes handicapées, Marie-Anne Montchamp qui participait également à cette cérémonie des vœux s’est montrée moins catégorique : « La question de l'accompagnement sexuel des personnes en situation de handicap doit, soit entrer dans le champ de la compensation, et là je m'appuie sur la loi du 11 février 2005, soit être considérée comme un défaut d'inclusion sociale. L'initiative de Jean-François Chossy a le mérite d'avoir ramené sur le devant de la scène la question de la misère sexuelle d'une grande partie de nos concitoyens, handicapés ou pas » a-t-elle répondu de façon plus diplomatique. Cependant, il semble peu probable que la proposition de Jean-François Chossy ne soit l’objet d’un soutien du gouvernement.

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article