Obésité : tsunami sur la planète

Poursuivant leur auscultation systématique de la planète, la fondation Bill & Melinda Gates et l’OMS, ont diligenté auprès d’une équipe internationale d’épidémiologistes une vaste étude sur l’évolution de certains facteurs de risque vasculaire depuis 1980 dans tous les pays du monde.

Les résultats concernant l’indice de masse corporelle (IMC ou poids en kilogramme sur taille en mètre au carré) ont de quoi inquiéter.

Un IMC moyen de 35 pour les femmes de Nauru !

En se basant sur des centaines d’études (publiées ou non) Mariel M Finucane et coll. ont pu dresser un état des lieux de l’évolution de l’IMC des sujets de plus de 20 ans dans 199 pays sur la période 1980-2008 (960 pays-années et 9,1 millions de participants !). A l’échelle de la planète dans son entier, l’IMC moyen a augmenté de 0,4 kg/m2 par décennie pour les hommes et de 0,5 kg/m2 pour les femmes. A la suite de cette évolution, en 2008, la terre comptait 1,46 milliards de sujets en surpoids (IMC > ou = 25 kg/m2) dont 500 millions d’obèses (IMC > ou = 30 kg/m2), soit un habitant sur 9.

Contrairement à ce que l’on observe pour la pression artérielle systolique qui, sur la période, a diminué significativement dans les pays riches (de 2 à 2,8 mm Hg par décennie) et a augmenté dans les pays pauvres (de 0,8 mm Hg à 2,7 mm Hg selon les localisations et le sexe), l’IMC moyen a crû quel que soit le niveau de revenu des pays (pour atteindre en 2008, 26,6 kg/m2 dans les états riches, 26,1 kg/m2 dans les états à revenus intermédiaires et 22,3 kg/m2 dans les états pauvres).

On ne sera pas étonné de constater que, parmi les pays riches, les Etats-Unis ont l’IMC moyen le plus élevé (28,3 pour les hommes avec environ 30 % d’obèses) et que pour des raisons culturelles, alimentaires ou ethniques, l’IMC moyen reste dans les limites de la normale dans certaines régions du monde (Afrique sub saharienne, Asie du Sud et du Sud-est avec par exemple un IMC moyen de 21,3 au Burkina Faso pour les hommes ou de 23,5 au Japon).

Dans le détail certaines zones, pourtant aux revenus relativement faibles, sont durement frappées par l’obésité. C’est ainsi que dans l’île de Nauru (Océanie), l’IMC moyen atteignait en 2008 le record absolu de 33,9 kg/m2  pour les hommes et 35 kg/m2  pour les femmes (!). On note également quelques disparités dans les pays à haut niveau de vie avec par exemple pour la France un IMC moyen à peu près stable depuis 1980 atteignant 25,9 pour les hommes et 24,8 pour les femmes.

Si globalement le monde est donc menacé d’un raz de marée de surpoids et d’obésité, il n’y a pas de parallélisme strict entre accroissement du revenu par tête d’habitant et prise de poids et certains états, sont épargnés pour des raisons culturelles et/ou ethniques.

Il reste aux autorités sanitaires des pays frappés de plein fouet par cette épidémie (et de ceux qui en sont menacés) à prendre les mesures de santé publique énergique que requiert cette situation très préoccupante.  

Dr Céline Dupin

Référence
Finucane M et coll.: National, regional, and global trends in body-mass index since 1980 : systematic analysis of health examination surveys and epidemiological studies with 960 country-years and 9.1 millions participants. Lancet 2011; publication avancée en ligne le 4 février 2011 (DOI:10.1016/S0140-6736(10)62037-5).

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • IMC des français

    Le 28 février 2011

    L'INSEE est moins optimiste concernant la France ("INSEE première" N° 1123, 02/2007, "L'obésité en France : les écarts entre catégories sociales s'accroissent"). L'article met en évidence un accroissement de l'IMC moyen en France depuis le début des années 1990 jusqu'en 2003 (date de fin de l'étude) et une augmentation de la prévalence de l'obésité dans toutes les régions françaises.
    Une consolation, l'IMC des français et surtout des françaises reste le plus faible d'Europe (cf. Thibault de Saint Pol, "Corps et appartenance sociale : la corpulence en Europe", "Données sociales" INSEE, 2006 et du même auteur "Surpoids, normes et jugements en matière de poids : comparaisons européennes", "Population et sociétés", Avril 2009, Numéro 455).

    Laure Chantrel

Réagir à cet article