Moins de risque de cancer grâce aux vaccins ?

En dépit d’intenses recherches, 95 % des cancers restent de cause indéterminée. Parmi les quelques pistes dont on dispose, il semble cependant que le retard à l’exposition aux maladies infectieuses communes pourrait prédisposer aux leucémies. Or les vaccins entraînent une réponse immunitaire similaire à l’infection naturelle et pourraient moduler l’immunité par stimulation non spécifique de macrophages et de cellules NK dirigés contre les tumeurs. Plusieurs études montrent ainsi l’effet protecteur relatif apporté par le vaccin anti-hémophilus (Hib) vis-à-vis des leucémies de l’enfant.

Au Texas, une étude cas témoins a comparé la fréquence de différents cancers de l’enfant entre 1995 et 2006 en fonction du taux de couverture vaccinale, variable selon les comtés. Le schéma vaccinal dans 11 régions comportait dans tous les cas 4 injections de DT coqueluche, 3 d’anti-poliomyélite et 1 de ROR -rubéole, oreillons, rougeole- (schéma 4-3-1), plus ou moins 3 Hib (4-3-1-3) ou en plus, 3 anti-hépatite B (4-3-1-3-3) ou en plus, un vaccin anti-varicelle. Pour chacun de ces vaccins, le taux de couverture vaccinale, par région se situait entre 80 % et 90 %. Le registre des cancers du Texas a permis d’identifier 2 800 cas de cancers chez des enfants nés dans cet état et survenus entre l’âge de 2 à 17 ans. Grâce aux données des certificats 11 200 cas témoins, appariés pour l’âge et le sexe ont pu être sélectionnés. Une analyse de régression multiple à plusieurs niveaux, prenant en compte les différents facteurs de risque, a permis de comparer les taux de vaccinations et de cancers par région.

Le risque de cancers de tous types est diminué chez les enfants nés dans les comtés où la couverture par vaccin anti-hépatite B est la plus élevée (odd ratio OR 0,81 ; intervalle de confiance à 95 %  IC 95 : 0,67-0,98) et spécialement le risque de leucémies aiguës lymphoblastiques (LAL) (OR 0,63 ; IC95 : 0,46-0,88). Une baisse du risque de LAL est également observée dans les comtés où les taux de vaccinations anti-polio sont les plus importants (OR 0,67 ; IC 0,49-0,92) et avec le schéma vaccinal 4-3-1-3-3 (OR 0,62 ; IC : 0,44-0,87). Les enfants nés dans les régions avec les taux de couverture vaccinale les plus élevés pour l’hémophilus ont les risques les plus faibles de LAL (OR 0,58 ; IC 0,42-0,82). Cependant, le ROR paraît augmenter le risque de lymphome non hodgkinien et l’Hib celui de médulloblastome. Toutefois, le petit nombre de ces tumeurs (115 et 114) rend la signification statistique plus discutable.

En conclusion, certaines vaccinations communes semblent diminuer le risque de cancer, surtout de leucémies.

Pr Jean-Jacques Baudon

Référence
Pagoa MA et coll. : Associations between vaccination and childhood cancers in Texas regions. J Pediatr 2011;158: 996-1002

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article