Prévention cardiovasculaire par statines à haute dose : des résultats contrastés

Il n’est pas nécessaire de rappeler ici le bénéfice que peuvent tirer les patients d’un traitement par statines, que ce soit en prévention primaire ou secondaire des cardiopathies ischémiques. Il a été suggéré récemment qu’une prise en charge plus intensive pourrait être supérieure au traitement à doses classiques.
Pour y voir plus clair, une méta analyse ayant inclus 10 études randomisées qui avait enrôlé 41 778 participants a été effectué. Le suivi moyen était de 2,5 ans.

Il n’a pas été possible de retrouver un effet significatif du traitement intensif, que ce soit sur la mortalité toutes causes (risque relatif (RR) 0,92, p=0,14) ou sur les décès cardio-vasculaires (RR 0,89, p=0,07). Par contre, lorsque les auteurs ont combiné les décès d’origine coronarienne et les infarctus non fatals, il leur a été possible de démontrer un effet protecteur significatif des doses intensives de statine (RR 0,90, p≤0,0001). Cet effet existait également lorsqu’ils ont considéré les infarctus non fatals (RR 0,82, p≤0,0001). Il a également été possible de démontrer une réduction significative du risque de présenter un accident vasculaire cérébral qu’il soit fatal ou non, après avoir exclu les accidents ischémiques transitoires (RR 0,86, p=0,006). Enfin, le traitement intensif par statine s’est avéré très efficace dans les trois études ayant examiné les patients souffrant d’un syndrome coronaire aigu. En effet, il a été efficace que ce soit sur la mortalité toutes causes (RR 0,75, p=0,005) ou les décès d’origine cardio-vasculaire (RR 0,74, p=0,013).

Les optimistes retiendront que le traitement intensif par statine semble réduire le risque de présenter un événement cardio-vasculaire non fatal. Les pessimistes qu’il n’a été montré qu’une tendance non significative à la réduction de la mortalité totale (sauf chez les patients souffrant de syndromes coronaires aigus).

Dr Benoît Tyl

Référence
Mills EJ et coll. Intensive statin therapy compared with moderate dosing for prevention of cardiovascular events: a meta-analysis of >40 000 patients. Eur Heart J 2011 ; 32 :1409-1415.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Et la prévention primaire à faible dose ?

    Le 05 août 2011

    Et la prévention primaire à faible dose de pravastatine (10 mg/j) spécialement adaptée au risque cardiovasculaire bas des populations japonaises et françaises, vous connaissez ? Et d’abord, faut-il faire confiance aux méta-analyses ? Toutes les statines se valent-elles pour éviter des décès ? Les taux cibles de LDL-cholestérol ont-ils un fondement scientifique ? Quelle place pour la rosuvastatine en prévention primaire ? Y-a-t-il une surconsommation de statines dans notre pays ?
    F. Pesty

Réagir à cet article